Les élus bordelais s’inquiètent de la possible disparition de la navette avec Orly

Cette liaison aérienne pourrait être fermée, car une solution alternative en train existe, en moins de deux heures et demie. La Nouvelle-Aquitaine redoute l’impact économique qu’aurait une telle décision.

Par Publié le 20 mai 2020 à 10h55

Temps de Lecture 2 min.

Article réservé aux abonnés

Vue aérienne de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac, le 4 avril.

Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, et sa collègue de l’écologie, Elisabeth Borne, ont été clairs. Le plan de soutien de 7 milliards d’euros accordé à Air France sera conditionné à certains critères écologiques, comme « la fermeture de lignes aériennes intérieures » si « une alternative en train durant moins de deux heures et demi » existe. A cette aune, la navette qui relie l’aéroport de Bordeaux à celui d’Orly serait vouée à disparaître. Une situation qui aurait un lourd impact économique sur le territoire, prévient le maire de Bordeaux, Nicolas Florian.

Dans un courrier daté du lundi 18 mai, Patrick Seguin, président de la chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Bordeaux, Alain Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine, Patrick Bobet, président de Bordeaux Métropole, Nicolas Florian et Alain Anziani, maire de Mérignac (commune où se trouve l’aéroport) demandent au premier ministre, Edouard Philippe, de « revoir la position du gouvernement ».

La fin de cette liaison, empruntée par 550 000 voyageurs par an, mettrait selon eux en péril de nombreux acteurs de l’aéronautique et de l’aérospatial, « première activité économique de la Nouvelle-Aquitaine, avant le vin puis le tourisme », explique le président de la CCI. « Localement, on a énormément d’entreprises qui se sont implantées autour de l’aéroport, parce qu’il y a un aéroport international. Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation, m’a indiqué que, s’il n’était pas assuré de pouvoir bénéficier de la navette, le bureau d’études qui était censé déménager de Saint-Cloud à Bordeaux serait sans doute remis en question », déplore M. Seguin.

Argument écologique

Le maire de Bordeaux défend l’importance de cette navette, ajoutant « qu’il y a sûrement une solution entre le tout et le rien ». Les signataires du courrier s’accordent à dire que cette ligne pourrait être réduite, mais qu’il est impératif de conserver des vols, « un le matin et un le soir ». Quant à l’argument écologique défendu par le gouvernement, celui-ci tient la route pour M. Seguin. « On avait nous-mêmes tendu le bras à l’Etat l’année dernière en signant un accord pour rendre cet aéroport écoresponsable, avec un aéroport décarboné à l’horizon 2030 », rappelle-t-il.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La Nouvelle-Aquitaine accélère sa transition écologique

Pour les défenseurs de cette liaison, l’enjeu se situe surtout au niveau des constructeurs d’avions. « Avec le programme européen, qui existe depuis deux ans, Clean Sky, des fonds importants sont mobilisés pour accélérer la recherche et le développement, pour avoir des avions propres et silencieux », souligne M. Seguin. « C’est là-dessus qu’il faut mettre l’accent, et non pas en annulant des vols », conclut-il. Les élus locaux concernés ignorent de surcroît comment la SNCF, dont les trains sont déjà pleins, pourra prendre le relais face à ceux qui empruntent la ligne aérienne.

Il vous reste 18.14% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.