Les entreprises de l’agroalimentaire fortement secouées par la crise du coronavirus

L’arrêt de la restauration collective a fortement pesé sur l’activité.

Par Publié le 18 mai 2020 à 10h20

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

A la cantine de l’Institut Sainte-Geneviève, à Paris, le 7 mai.

Pas de déconfinement pour les entreprises agroalimentaires. Et pour cause, elles n’ont jamais fermé boutique, et leurs équipes sont restées sur le pont pendant toute la période de mise sous cloche pour participer à la chaîne d’approvisionnement des Français. Une chaîne qui a tenu, malgré de multiples tensions. S’il est encore tôt pour tirer un bilan complet de l’incidence de la crise du coronavirus sur ce secteur industriel, l’Association nationale des industries agroalimentaires (ANIA) a souhaité faire un coup de sonde dans ses rangs pour évaluer le moral des troupes. Elle a publié les résultats de ce baromètre, mardi 12 mai.

Un échantillon restreint de 602 entreprises, sur un total de 17 723 recensées dans ce secteur, a répondu au questionnaire. Il en ressort qu’en moyenne les sondées ont vu leur chiffre d’affaires fondre de 22 % sur la période du confinement. Un résultat qui peut paraître contre-intuitif, quand chacun garde en mémoire les cohues d’acheteurs compulsifs soucieux de faire des réserves dans les allées des supermarchés. Mais ce chiffre ne reflète pas, à lui seul, une réalité très contrastée. « Il y a une très grande hétérogénéité de résultats par secteurs et par taille d’entreprise », reconnaît Stéphane Dahmani, directeur économie à l’ANIA, et d’ajouter : « Les TPE et les PME sont les plus touchées : 80 % à 90 % d’entre elles affirment être confrontées à une baisse de chiffre d’affaires. »

Sans surprise, les petites entreprises qui écoulaient leur production dans la restauration commerciale, dans les cantines ou hors des rayons libre-service des supermarchés ont pris de plein fouet l’arrêt net de ces canaux de distribution. A l’image des PME fabriquant des fromages AOP. Ou des entreprises vinicoles, avec des chutes entre 50 % et 70 % de leur activité.

Fortes disparités

De même, certains aliments ont été délaissés au profit d’autres, alors que les Français, cloîtrés chez eux, changeaient leurs habitudes alimentaires. Ainsi selon l’institut Nielsen, les ventes de farine ont bondi de 125 %, quand à l’inverse celles de champagne, confiseries ou chewing-gums étaient en berne, affichant un repli de près de moitié. Les sandwichs ont aussi été délaissés, alors que les œufs étaient plébiscités. Dans ce contexte très chahuté, tout le monde n’était pas logé à la même enseigne.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La restauration se relance en misant sur la vente à emporter

Les grands groupes agroalimentaires, de part leur fort ancrage dans les enseignes de distribution, ont pu bénéficier du report des achats des Français. Et, parfois, en étant présents sur plusieurs catégories de produits, lisser les effets négatifs. La publication des résultats trimestriels des entreprises cotées, même si elle n’intègre que le début de la crise, à partir de mi-mars, donne quelques indications.

Il vous reste 52.58% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.