Pétrole : les banques françaises engluées dans le schiste américain

Les quatre plus grands établissements de l’Hexagone ont accordé 24 milliards de dollars de financement aux entreprises du secteur en Amérique du Nord.

Par et Publié le 13 mai 2020 à 11h18

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Certaines des plus grandes banques françaises se sont-elles fait piéger par la bulle du gaz et du pétrole de schiste ? Selon les données colligées par un rapport des ONG Reclaim Finance et Les Amis de la Terre, publié mercredi 13 mai, les quatre principaux établissements de l’Hexagone ont accordé 24 milliards de dollars (22,1 milliards d’euros) de financement à l’industrie du schiste nord-américain entre 2016 et 2019.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La résilience des énergies renouvelables à l’épreuve du coronavirus

Société générale est, de très loin, la banque la plus présente dans le secteur, avec, à elle seule, près de 11 milliards de dollars de financements sur la période. Viennent ensuite le Crédit agricole (6 milliards), la BNP (3,6 milliards) et le groupe Banque populaire Caisse d’Epargne (3,3 milliards). D’autres acteurs, comme Axa ou Rothschild & Co, ont également engagé 12 milliards de dollars ces trois dernières années pour financer des entreprises actives majoritairement dans le domaine du schiste.

Afin de maintenir un bon niveau de production, il faut donc forer en permanence, ce qui exige des investissements colossaux

La présence active de grandes banques de l’Hexagone dans le secteur depuis 2016 s’explique par le renouveau des forages de schiste en Amérique du Nord. La maîtrise de cette technologie a permis aux Etats-Unis de devenir le premier producteur mondial de pétrole et de gaz naturel. Mais, depuis le départ, cette révolution présente un point faible : les puits forés avec la technologie de la fracturation hydraulique produisent beaucoup au début, puis déclinent rapidement.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Pourquoi le cours du pétrole américain s’est effondré, jusqu’à passer sous zéro dollar

Afin de maintenir un bon niveau de production, il faut donc forer en permanence, ce qui exige des investissements colossaux. Le pétrole de schiste était rentable avec un baril de pétrole à 50 dollars ou plus. Mais la crise de l’or noir provoquée par les mesures de confinement prises au niveau mondial a mis à bas ce modèle, probablement pour longtemps.

Les banques ont financé des infrastructures

Cette fragilité intrinsèque n’a pas empêché les banques françaises de financer, non seulement des entreprises actives dans le forage, mais aussi des infrastructures. C’est en particulier le cas de Société générale, qui a accordé entre 2016 et 2019 des financements directs à hauteur de 3,9 milliards de dollars à des projets de gazoducs et de terminaux de gaz. « Les scénarios de l’Agence internationale de l’énergie que la banque utilise pour se piloter intègrent le rôle du gaz, dont le gaz de schiste nord-américain, pour participer à la transition vers une économie bas carbone dans certaines géographies. Celui-ci présente en effet une meilleure efficacité environnementale que le charbon pour la production d’électricité », justifie Société générale. Les accords de Paris sur le climat, scellés en décembre 2015, dessinent pourtant une trajectoire dans laquelle les nouveaux forages d’hydrocarbures devraient être proscrits.

Il vous reste 38.8% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.