Coronavirus : l’assureur Covéa renonce au rachat de Partner Re

L’assureur mutualiste français Covéa (MAAF, MMA et GMF) a refusé de racheter le réassureur bermudien au prix initialement prévu de 9 milliards de dollars, au vu « des importantes incertitudes pesant sur les perspectives économiques mondiales ».

Par Publié le 12 mai 2020 à 22h09

Temps de Lecture 1 min.

Article réservé aux abonnés

MAAF, MMA et GMF appartiennent au leader français de l’assurance dommages Covéa. Paris (15e).

Le leader français de l’assurance dommages Covéa, qui possède notamment les mutuelles MAAF, MMA et GMF, renonce à racheter pour 9 milliards de dollars (8,29 milliards d’euros) le réassureur Partner Re à la holding financière Exor, de la famille italienne Agnelli. Lorsque l’assureur mutualiste a jeté son dévolu sur le réassureur bermudien, au mois de février, il était prêt à débourser cette somme considérable pour se diversifier dans la réassurance, fort de sa trésorerie de 10 milliards d’euros.

Covéa et Exor avaient conclu, le 3 mars, un accord pour le rachat de Partner Re, et l’opération devait aboutir au dernier trimestre 2020. L’épidémie liée au coronavirus, et ses conséquences sur l’économie mondiale, est venue perturber l’opération. « Au vu des conditions actuelles sans précédent et des importantes incertitudes pesant sur les perspectives économiques mondiales, Covéa a indiqué à Exor que le contexte ne permettait pas de réaliser le projet d’acquisition de Partner Re selon les termes initialement envisagés », a fait savoir le groupe français dans un bref communiqué publié mardi 12 mai.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : des opérations financières « gelées »  et des banques « collées »

Indemnisation pour les frais engagés

Covéa a bien tenté de renégocier le prix d’acquisition, en proposant un montant inférieur, assorti de versements complémentaires en fonction des résultats de Partner Re, « un mécanisme qui aurait pu permettre à Exor de récupérer le prix initial au bout de trois ans », souligne une source chez Covéa. En vain.

« En tentant de renégocier les termes convenus de l’accord, Covéa n’a jamais suggéré l’existence d’un changement défavorable important, y compris le risque de pandémie, ou de toute autre question (…) qui expliquerait son refus d’honorer ses engagements en vertu du protocole d’entente » signé début mars, affirme de son côté Exor.

La holding italienne a aussi estimé qu’« une vente de Partner Re à des conditions inférieures à celles établies dans le protocole d’entente ne reflétait pas la valeur de la société ». Pour avoir brisé le protocole d’accord (memorandum of understanding), Covéa précise qu’il devra s’acquitter d’une indemnisation pour les frais engagés par Partner Re.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le groupe mutualiste Covéa ne renonce pas au rachat du réassureur SCOR

Pour Covéa, c’est le deuxième rachat d’envergure dans la réassurance qui tombe à l’eau en moins de deux ans. Le groupe mutualiste avait souhaité, en août 2018, mettre la main sur le réassureur SCOR, dont il est actionnaire. Après une bataille homérique, le groupe a dû renoncer, avant de reporter ses vues sur Partner Re. Sans plus de succès, finalement.

Il vous reste 0% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.