Coronavirus : les banques françaises résistent... pour l’instant

Face au choc de la pandémie, Société générale, BNP Paribas et Crédit agricole accumulent les provisions.

Par Publié le 06 mai 2020 à 10h09

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

Des bureaux de BNP Paribas à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), en avril 2017.

Le confinement sanitaire aura des répercussions économiques majeures qui, si elles étaient durables, pourraient bouleverser le secteur bancaire. A ce stade, néanmoins, les grandes banques européennes et américaines font face avec plus ou moins de brio. « Comme le système est arrosé de liquidités, de garanties, de protections, il est trop tôt pour observer des défauts d’entreprises », note Nicolas Véron, économiste du centre de réflexion européen Bruegel et au Peterson Institute de Washington.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : la Société générale essuie une perte de 326 millions d’euros au premier trimestre

Au premier trimestre, les institutions françaises ont toutefois affiché des résultats marqués par la crise. Si Société générale, grevée par sa banque de financement et d’investissement, a essuyé une perte de 326 millions d’euros, BNP Paribas et le Crédit agricole enregistrent des bénéfices confortables (respectivement de 1,3 milliard et 908 millions d’euros) bien qu’en net recul, de 33 % pour chacun.

  • Des « méga-provisions » en prévision de crédits non remboursés

C’est l’indicateur le plus évident des graves dommages économiques que va provoquer le Covid-19. Les comptes du premier trimestre 2020 des banques européennes, et surtout américaines, font apparaître une flambée du « coût du risque », c’est-à-dire des provisions qu’elles doivent constituer pour faire face à des pertes potentielles de crédits, parce que de nombreux prêts souscrits par leurs clients, en particuliers les entreprises, ne pourront pas être remboursés.

Les chiffres les plus impressionnants ont été relevés aux Etats-Unis : Bank of America a provisionné 4,8 milliards de dollars (4,4 milliards d’euros), le montant le plus élevé depuis 2010, ce qui a fait chuter son bénéfice net trimestriel de 48 %, à 3,5 milliards. Le profit de Citigroup a plongé de 47 %, à 2,5 milliards, après une provision de 7 milliards de dollars pour parer aux futurs impayés. JPMorgan Chase a provisionné 8,3 milliards, Wells Fargo 4 milliards et Goldman Sachs, 937 millions.

Chaque institution européenne a tenté de fixer le niveau de réserves le plus adéquat, à l’aveugle, puisque nul n’est en mesure d’extrapoler

De ce côté-ci de l’Atlantique, « la Banque centrale européenne a encouragé les banques à ne pas se montrer trop pessimistes », note Nicolas Véron, afin qu’un excès de provisions ne provoque pas, in fine, de la défiance. Chaque institution européenne a donc tenté de fixer le niveau de réserves le plus adéquat, à l’aveugle, puisque nul n’est en mesure d’extrapoler. Bien moins rentables que leurs concurrentes américaines, elles ne disposaient pas des mêmes marges de manœuvre pour mettre de côté des « méga-provisions ». Chez BNP Paribas, le coût du risque a crû de plus 85 % sur les trois premiers mois de l’année, à 1,4 milliard d’euros. Il a été multiplié par trois au Crédit agricole, comme à la Société générale. Cette dernière a ajouté qu’il était susceptible de peser sur ses résultats annuels à hauteur de 3,5 milliards à 5 milliards d’euros.

Il vous reste 54.6% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.