Aides économiques, plan de relocalisation... Face à la crise, les régions sonnent la mobilisation

Les exécutifs locaux ont tous mis en place, avec célérité, des programmes d’aide aux entreprises les plus touchées.

Par , , , , , et Publié le 04 mai 2020 à 00h38 - Mis à jour le 06 mai 2020 à 08h51

Temps de Lecture 6 min.

Article réservé aux abonnés

Le président (LR) de la région PACA Renaud Muselier devant les cinq millions de masques arrivés de Chine, à Marseille, le 22 avril.

Si le coronavirus a frappé les régions françaises de manière inégale, ce n’est pas le cas du tsunami qui s’est abattu sur l’économie hexagonale. Difficile d’en trouver une qui ne compte pas un secteur sinistré, qu’il s’agisse du tourisme, de la sous-traitance automobile, de la viticulture…

Deuxième région économique après l’Ile-de-France, l’Auvergne-Rhône-Alpes l’est aussi pour le nombre de salariés en chômage partiel (environ 1 million). L’arrêt complet du tourisme hisse la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) au troisième rang des demandes, alors qu’elle ne compte que 9,3 % des salariés de l’Hexagone. Les Pays de la Loire, d’ordinaire cités comme le bon élève sur le front du chômage, ont vu flamber les nouvelles inscriptions au Pôle emploi, en mars : + 9,6 %, juste après la Bretagne, la plus affectée…

Lire aussi Le nombre de chômeurs en France bondit de 7,1 % en mars, hausse record sur un mois

Face au choc causé par la pandémie de Covid-19, les exécutifs régionaux ont rapidement complété le plan massif de soutien lancé par l’Etat, d’un montant total de 110 milliards d’euros. Au 30 avril, ils avaient engagé au total 1,2 milliard d’euros de dépenses.

« On peut aligner des chiffres, mais ce n’est pas l’essentiel, remarque toutefois Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France. Le plus important, pour les entrepreneurs, c’est de savoir s’ils vont tenir le coup. Et c’est à nous d’identifier quels sont les trous dans la raquette pour n’oublier personne. »

Cellule de suivi et d’action

C’est ce qu’a fait sans tarder Jean Rottner, président (Les Républicains, LR) de la région Grand-Est, particulièrement touchée par l’épidémie. Par ailleurs ancien maire de Mulhouse (Haut-Rhin) et médecin urgentiste, il avait de bonnes raisons d’être omniprésent sur le terrain. Un concours de circonstances lui aura même permis de jouer un rôle précurseur en matière de soutien aux entreprises.

Depuis un an, la collectivité réfléchissait à la création d’un fonds pour venir en aide à la filière automobile locale, pénalisée par la crise du diesel et le retard pris dans le développement de solutions électriques. La convention passée dans cet objectif avec Bpifrance, la banque publique d’investissement, a vite été élargie à l’ensemble de l’économie et, dès le 11 mars, la région Grand-Est proposait près de 25 millions d’euros de prêts de trésorerie pour les TPE et PME, une somme portée depuis à 75 millions.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Bruno Le Maire dessine les contours de l’économie française d’après-crise

A l’autre bout du pays, la région PACA a aussi réagi avec célérité, peut-être en raison de sa proximité avec l’Italie, son premier partenaire économique, ou parce que plusieurs dirigeants de la collectivité ont été contaminés par le virus. Dès la semaine du 2 mars, le président (LR) de la collectivité, Renaud Muselier, également médecin urgentiste et propriétaire de cliniques, a constitué une cellule de suivi et d’action. Le 11 mars, un plan de soutien aux TPE et PME, qui représentent 95 % du tissu économique régional, était annoncé.

Il vous reste 65.12% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.