Coronavirus : Les grandes entreprises ne se bousculent pas pour contribuer au fonds de solidarité

Les assureurs ont dû se résoudre à participer à hauteur de 400 millions. L’Etat et les régions vont assurer l’essentiel du financement de 7 milliards d’euros.

Par et Publié le 25 avril 2020 à 10h54 - Mis à jour le 26 avril 2020 à 14h46

Temps de Lecture 2 min.

Article réservé aux abonnés

Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, et Gérald Darmanin, son homologue de l’action et des comptes publics (à gauche sur la photo), le 24 avril à l’Elysée.

C’est un filet de sécurité auquel les très petites entreprises (TPE) ont largement eu recours depuis le début du confinement. Le fonds de solidarité en faveur des entreprises, créé par l’Etat et les régions pour prévenir la cessation d’activité des microentrepreneurs, indépendants ou professions libérales, a déjà reçu plus d’un million de demandes et versé plus de 800 000 aides, pour un montant de 1 milliard d’euros.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : la promesse des prêts garantis par l’Etat ne fait pas que des heureux

Les très petites structures peuvent en bénéficier (jusqu’à 1 500 euros, auxquels peut s’ajouter une aide complémentaire de 5 000 euros) dès lors qu’elles sont touchées de plein fouet par les conséquences économiques du Covid-19, soit parce qu’elles font l’objet d’une interdiction d’accueil du public, soit parce qu’elles ont perdu plus de 50 % de leur chiffre d’affaires.

Alors que la crise s’amplifiait, le fonds de solidarité est devenu plus généreux. Les critères d’attribution ont été élargis, d’abord à certaines catégories d’agriculteurs, aux artistes-auteurs, et aux entreprises en redressement judiciaire et en procédure de sauvegarde. Pour les secteurs de l’hôtellerie-restauration, du tourisme et du loisir, plus durablement touchés par la crise, l’accès au fonds a été étendu, vendredi 24 avril, à des entreprises de taille supérieure et la subvention doublée, à 10 000 euros au maximum.

« Appel solennel »

Le budget du fonds de solidarité a donc été revu, passant de 1 milliard à quelque 7 milliards d’euros. Premier contributeur, l’Etat va apporter 6,25 milliards. Les régions participent également à hauteur de 500 millions d’euros.

Le ministre de l’action et des comptes publics a appelé à la générosité des entreprises, mais sans beaucoup de succès. Seul le secteur des assurances a abondé le fonds de manière significative, à hauteur de 400 millions d’euros. « Mais il a fallu leur tordre le bras, note une source à Bercy. Après la polémique sur l’assurance des pertes d’exploitation qui n’a servi à rien pour couvrir les entreprises dans cette crise sanitaire, la pression a été forte pour que les assureurs contribuent à la solidarité nationale ». Le groupe de luxe Hermès a versé pour sa part la somme symbolique de 3 millions d’euros.

Pour les distributeurs, pas question d’abonder le fonds de solidarité national

Mardi 21 avril, le sénateur (LR) Jean-François Husson a proposé de « faire un appel solennel (…) à l’ensemble des grands groupes (…) qui aujourd’hui sont en bonne santé », estimant que « l’heure est suffisamment grave et importante pour demander une contribution volontaire ». Dès le 16 avril, par un amendement au projet de loi de finances rectificative, des parlementaires avaient souhaité la participation de la grande distribution. Mais, pour les distributeurs, pas question d’abonder le fonds de solidarité national. Certes, ils font partie des rares commerces encore en activité qui génèrent du chiffre d’affaires, mais, selon eux, les bénéfices sont loin d’égaler ceux que la population imagine.

Il vous reste 24.19% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.