Les entreprises françaises lancées dans une course mondiale aux masques

Quelque 250 millions d’unités par mois seront nécessaires pour relancer l’ensemble des sociétés. Pour l’instant, la France en produit 40 millions par mois et tente d’importer le reste.

Par Publié le 23 avril 2020 à 08h29 - Mis à jour le 23 avril 2020 à 09h29

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Sur un chantier, à Cenon (Gironde), le 22 avril.

Les entreprises françaises, comme de nombreux Etats et collectivités à travers le monde, sont aujourd’hui lancées dans une course ardue et coûteuse pour commander et importer les masques chirurgicaux. Leur objectif est de pouvoir équiper leurs salariés dans la perspective du déconfinement. « La prise de conscience que les salariés seraient réticents à réintégrer leurs postes sans les masques a été brutale. L’absence de masques, c’est en partie ce qui a expliqué le blocage de la filière du bâtiment, dont l’activité a chuté de 90 % en une semaine [après le début du confinement, le 17 mars], indique Patrick Martin, président délégué du Medef. Les accords de reprise du travail chez Airbus, PSA ou dans la branche des métiers de la métallurgie prévoient en gros que, s’il n’y a pas de masques, il n’y a pas de reprise. »

Dès le mois de mars, grands groupes et PME, fédérations professionnelles et chambres de commerce se sont donc tournés fébrilement vers la Chine pour passer commande. Le système D prévaut, avec ses aléas. « Chacun y est allé de son initiative et on a vu émerger des offres de masques farfelues sur le marché et des arnaques phénoménales, comme la demande d’un règlement à la commande, non suivi de la livraison. Entre-temps, l’intermédiaire avait disparu », souligne Patrick Martin. Le vent de panique qui saisit les PME les pousse à prendre des risques. Les grands groupes, déjà présents en Chine, disposent plus facilement de filières sûres d’approvisionnement. « C’est facile de commander, plus difficile d’être livré », commente-t-on toutefois chez un géant français dans le secteur des services.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Désinfection, horaires décalés, télétravail... Les entreprises s’organisent pour protéger leurs salariés

Toutes les entreprises se heurtent en effet à la même difficulté d’acheminement des lots de masques. « Aujourd’hui, la demande de transport dans le monde est colossale, alors que toutes les compagnies aériennes ont cloué leurs avions au sol », explique Thierry Ehrenbogen, président de Bolloré Logistics, qui assure la livraison des masques de grands groupes comme LVMH ou Thales.

« Hausse très forte du coût »

Les vols commerciaux habituels, qui transportent des passagers et plusieurs dizaines de tonnes de fret dans leurs soutes, manquent à l’appel. Depuis la pandémie, le premier fournisseur de Bolloré Logistics n’est plus Air France, mais la compagnie aérienne cargo luxembourgeoise Cargolux. « Cette tension sur l’offre de transport se traduit par une hausse très forte du coût, qui est multiplié par quatre », affirme M. Ehrenbogen. Début mars, il ne parvenait à affréter qu’un vol par semaine depuis la Chine, désormais, c’est un par jour. Et, au terme de ce parcours, des entreprises françaises voyaient leurs commandes réquisitionnées par les douanes françaises. Depuis quelques semaines, « l’étau se desserre » sur ce front, reconnaît le Medef.

Il vous reste 50.28% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.