Disney+ est désormais disponible en France, mais avec un catalogue beaucoup moins riche et récent qu’aux Etats-Unis

La plate-forme de streaming est disponible depuis le 7 avril. Elle propose plus de 500 films et 300 séries mais les derniers succès n’y seront pas, chronologie des médias oblige.

Par Publié le 06 avril 2020 à 16h54 - Mis à jour le 07 avril 2020 à 11h15

Temps de Lecture 2 min.

Essaimant dans treize pays depuis novembre 2019, la plate-forme de vidéo à la demande Disney+ arrive en France mardi 7 avril, avec deux semaines de retard sur le calendrier initial.

Le groupe aux grandes oreilles s’est plié à l’injonction des autorités européennes, qui redoutent des risques de saturation des réseaux Internet. Tous les concurrents de Disney+, Netflix en tête, ont réduit leur débit pour faciliter le travail à distance et l’éducation en ligne pendant la période de confinement.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Avec les plates-formes de streaming, « la culture de salon grignote peu à peu la culture de sortie »

The Walt Disney Company (TWDC) veut conquérir l’Hexagone, un marché déjà très compétitif, grâce à son offre de plus de 500 films (Disney, Pixar, Marvel, Star Wars) et plus de 300 séries pour 6,99 euros par mois. Ce chiffre de 300 est par ailleurs contesté par certains qui estiment que Disney compte une saison supplémentaire comme une série.

Mais comme le groupe de Mickey doit respecter à la lettre la chronologie hexagonale des médias – l’ordre dans lequel une œuvre est exploitée après sa sortie en salles –, tous les films accessibles sur Disney+ en France sembleront bien éventés face à ceux qui sont en ligne aux Etats-Unis. Il faudra ainsi compter trois ans entre la sortie en salles et son arrivée sur la plate-forme. Un délai très long. L’offre ne comprendra, par exemple, ni La Reine des neiges 2 (Jennifer Lee et Chris Buck, 2019) – disponible outre-Atlantique sur Disney+ depuis le 15 mars – ni Star Wars : L’Ascension de Skywalker (J. J. Abrams, 2019).

Une cadence qui démode les films

Les fans de Jedi se replieront sur les sept premiers épisodes de la saga Star Wars ou encore sur Rogue One (Gareth Edwards, 2016). Idem pour le catalogue Marvel, qui proposera Iron Man (Jon Favreau, 2008) et Doctor Strange (Scott Derrickson, 2016) puis Les Gardiens de la galaxie 2 (James Gunn, 2017), fin avril. Mais Avengers. Endgame (Joe Russo, et Anthony Russo, 2019), Captain Marvel (Anna Boden et Ryan Fleck, 2019) ou Black Panther (Ryan Coogler, 2018) ne seront pas en ligne avant très longtemps.

Chez Pixar, Le Monde de Dory (Andrew Stanton, 2016) est le plus récent, et les têtes blondes devront encore faire l’impasse sur Cars 3 (Brian Fee, 2017), Coco (Lee Unkrich, Adrian Molina, 2017), Indestructibles 2 (Brad Bird, 2018) et Toy Story 4 (Josh Kooley, 2019).

Lire la chronique : Pour ou contre : faut-il en finir avec la saga « Star Wars » ?

Puisque TWDC s’est forgé une marque de fabrique avec les « suites » de films en sortant, de façon métronomique et jusqu’à plus soif, les aventures des mêmes héros, c’est cette cadence qui date les longs-métrages et forcément les démode. Et pourrait freiner l’élan des enfants ou des adolescents pour Disney+.

Des sorties dans les salles reportées

La direction reste cependant optimiste : à peine trois mois après son lancement aux Etats-Unis, au Canada, aux Pays-Bas, en Nouvelle-Zélande et en Australie, elle annonçait 28,6 millions d’abonnés payants. Et elle en espère toujours 60 millions à 90 millions dans le monde fin 2024.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : le grand dilemme des distributeurs de films, entre report de la sortie ou vidéo à la demande

La plate-forme de streaming reste l’un des rares secteurs de TWDC qui génère de l’activité durant le confinement. Les douze parcs d’attraction et la multitude d’hôtels sont à l’arrêt et le personnel au chômage.

Dans le cinéma, faute de salles, la sortie d’une cascade de grosses productions a été reportée. Le groupe espère sauver dans l’année Mulan (Niki Caro), The Eternals (Chloé Zaho) et Black Widow (Cate Shortland), avec Scarlett Johansson. Mais déjà certains films, comme Artemis Fowl (Kenneth Branagh), sont privés de salles et sortiront directement sur Disney+.

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.