« Dans la crise, le fondateur d’easyJet ne perd pas le nord »

Stelios Haji-Ioannou, qui a touché ce mois-ci 40 millions de livres de dividendes, veut que la low cost cesse de commander des avions alors que celle-ci estime que cela pourrait permettre de gagner des parts de marché au sortir de la crise. Deux visions d’avenir qui se font face, résume Philippe Escande, éditorialiste au « Monde ».

Publié le 31 mars 2020 à 09h49 - Mis à jour le 31 mars 2020 à 10h00 Temps de Lecture 1 min.

Article réservé aux abonnés

Pertes et profits. Avec près de la moitié des habitants de la planète confinés chez eux, le monde semble sans boussole, cherchant désespérément la sortie de crise. Le fondateur d’easyJet, Stelios Haji-Ioannou, lui, ne perd pas le nord. Critiqué par les médias pour avoir empoché 40 millions de livres (45 millions d’euros) de dividendes en mars alors que les compagnies aériennes luttent pour leur survie, il a rétorqué : « Pourquoi laisserais-je cette somme à la société ? Pour les donner directement à Airbus ? J’ai mes organisations charitables et Airbus ne fait pas partie d’entre elles ! » Il faut dire que depuis dix ans, l’entrepreneur est en guerre contre sa propre entreprise, dont il détient encore 34 % des parts. Parti fâché, il ne cesse depuis de vouloir casser son jouet.

Tir aux pigeons

Stelios n’aime pas que son ex-chose cherche à grandir encore. Pour lui, elle dépense trop d’argent et devrait plutôt soigner son cours de Bourse et ses actionnaires en augmentant ses profits. Il est furieux que la société, qui possède déjà 344 avions, tous des Airbus, cherche encore à en acheter une centaine d’autres, notamment pour remplacer les plus anciens. Le contrat est signé, mais il exige qu’il soit annulé. Et il menace de convoquer toutes les sept semaines une assemblée générale pour débarquer un administrateur. Un tir aux pigeons démoniaque au moment où le secteur traverse la plus grave crise de son histoire.

Lire aussi Airbus veut maintenir sa production coûte que coûte

Stelios Haji-Ioanna est un capitaliste d’opérette pour marxiste en mal de repères. Fils d’un riche armateur chypriote, élevé dans les bonnes universités britanniques, il est devenu, lui aussi, un riche armateur, avant de fonder sa compagnie aérienne. Résident à Monaco, il fait les délices de la presse d’outre-Manche par ses provocations à répétition. Mais son analyse s’entend. Il estime que la crise va déboucher sur une récession durable du transport aérien et que ceux qui ont moins d’avions s’en sortiront mieux que ceux qui ont surinvesti. L’entreprise fait le pari inverse : la crise va fragiliser les compagnies traditionnelles. EasyJet, rentable et forte d’une trésorerie de 1,6 milliard de livres et de faibles coûts de fonctionnement, sera en mesure, à la sortie de l’épreuve, de gagner des parts de marché supplémentaires si elle dispose d’avions récents. Deux visions de l’avenir, l’une défensive, l’autre offensive. Quelle voie prendre ? C’est la question du moment.

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Retrouvez tous nos articles sur le coronavirus dans notre rubrique

Sur l’épidémie

Sur le déconfinement et ses enjeux

Il vous reste 100% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.