Symbole des travers de la nouvelle économie, WeWork joue gros dans la crise du coronavirus

Le modèle de la société new-yorkaise, qui loue des espaces de travail partagés, est remis en cause, les gens préférant travailler chez eux.

Par Publié le 30 mars 2020 à 10h30

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Les bureaux de WeWork, à New York.
Les bureaux de WeWork, à New York. David Dee Delgado / AFP

Face à l’épidémie due au coronavirus, il en va de même pour les personnes et les entreprises : les plus fragiles sont en danger. A ce titre, WeWork, le géant des espaces de travail partagés, se sait menacé. Depuis son introduction en Bourse avortée fin septembre 2019, du fait d’une comptabilité douteuse qui a vu sa valorisation, un temps estimée à près de 50 milliards de dollars (45 milliards d’euros), s’effondrer, la société new-yorkaise est un patient à risque. Et les derniers jours ont montré que son diagnostic n’était pas encourageant.

Lire aussi Le géant japonais de la Tech Softbank s’effondre à la Bourse de Tokyo

Sa réaction face à cet épisode de crise n’a pas davantage rassuré sur son sort. Malgré les consignes de sécurité diffusées, notamment à New York, la société a décidé de maintenir ses espaces disponibles, arguant qu’il s’agissait d’infrastructures prioritaires. « Certains de nos membres comptent sur nous pour rester ouvert, afin qu’ils continuent à générer des revenus, qu’ils puissent payer leurs employés et servir leurs clients », a-t-elle expliqué dans un communiqué. A l’appui, elle a produit des témoignages d’entrepreneurs remerciant l’entreprise de permettre l’accès à ses bureaux. Elle a également offert une prime de 100 dollars par jour pour encourager ses salariés à venir travailler physiquement dans les locaux… malgré la fuite des usagers.

Une société acculée financièrement

« Il n’y a pas moyen de respecter [les distances de sécurité] », a déclaré un des clients de la société dans le New York Post, tout en se plaignant d’avoir à s’acquitter de son loyer dans ces conditions. Une pétition a été lancée en ce sens. « En tant que propriétaire d’une petite entreprise, je ne peux pas me permettre de payer des services que je n’utilise pas », explique son initiatrice, Jill Raney, qui rappelle au passage que la compagnie a offert un pont d’or à son fondateur, Adam Neumann, pour le débarquer en septembre 2019. « Les grandes entreprises comme WeWork sont absolument capables de [trouver] l’argent à la fois pour payer leurs employés et pour suspendre les frais d’adhésion », assène-t-elle.

Lire aussi WeWork, entreprise de coworking en perdition, sauvée par la banque japonaise SoftBank

Une demande probablement trop lourde à assumer pour une société acculée financièrement. Elle aurait dépensé 1,4 milliard de dollars lors des trois derniers mois, un montant qui inquiète les observateurs quant à ses liquidités. Les conséquences de l’épidémie due au coronavirus ont accru « la pression sur la viabilité à long terme de la compagnie », estime ainsi l’agence S&P, qui a dégradé la note sur la dette de l’entreprise, il y a une semaine.

Il vous reste 43.79% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.