La crise liée au coronavirus, une épreuve du feu pour les start-up

La perspective qui s’ouvre est celle d’une période de récession brutale, dont beaucoup de jeunes pousses redoutent l’ampleur.

Par Publié le 30 mars 2020 à 16h29 - Mis à jour le 31 mars 2020 à 05h57

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

Dans les locaux de l’éditeur français MWM, Boulogne-Billancourt, février 2020.
Dans les locaux de l’éditeur français MWM, Boulogne-Billancourt, février 2020. WELCOME TO THE JUNGLE

C’était il y a un mois, presque jour pour jour. Le 3 mars, l’éditeur français d’applications musicales MWM annonçait une levée de fonds de 50 millions d’euros. Rétrospectivement, Jean-Baptiste Hironde, le directeur général, reconnaît avoir eu « beaucoup de chance ». En effet, une telle opération ne se ferait probablement pas aujourd’hui, alors que la crise liée au coronavirus touche la France de plein fouet. Mieux, en cette phase de confinement, la fréquentation de certaines de ses applications explose (+ 300 %), et l’éditeur continue à envisager une cinquantaine de recrutements en 2020. Son cas est cependant isolé.

La grande majorité des start-up françaises s’inquiètent désormais pour leur avenir. Certaines ont vu leur activité laminée par les mesures sanitaires prises par le gouvernement. Okarito, site de réservation de voyages d’affaires, a passé ces dernières semaines à gérer les annulations et les rapatriements, mais n’enregistre plus aucune réservation.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : Station F, grand campus parisien de start-up, se met aussi au télétravail

Mapstr a vu l’usage de son application de recommandation de lieux de sortie s’effondrer. Extralab, qui développe des stations de contrôle de qualité de l’eau, enchaîne, elle, les déboires. Un contrat important qu’elle devait signer en Chine, en début d’année, a été gelé en raison de l’épidémie, laquelle paralyse aujourd’hui sa chaîne de production en Europe, bloquant un autre contrat. Son fondateur ne se verse plus de salaire.

Rares sont les jeunes pousses qui ont la chance d’occuper le bon créneau dans cette période inédite. Phacil, avec son service de livraison de médicaments, en fait partie. Alors qu’elle était en train de refaire sa plate-forme, elle a été obligée de redoubler d’efforts pour être en mesure d’absorber techniquement « une croissance exponentielle de la demande », souligne un des cofondateurs, Alexandre Deniau. Même chose chez le leader de la prise de rendez-vous médicaux Doctolib, qui a décidé de mettre gratuitement à la disposition de 80 000 praticiens son outil de téléconsultation.

« Hiver nucléaire »

Et puis il y a toutes ces start-up qui tentent de continuer à fonctionner normalement ou presque, du fait de la désorganisation induite par la mise en place à grande échelle du télétravail, mais qui voient déjà les délais de paiement des factures s’allonger, signe d’une inquiétude des clients.

La perspective qui s’ouvre est celle d’une période de récession brutale, dont beaucoup redoutent l’ampleur. « En tant qu’entrepreneur, j’ai vécu le krach de 1987, puis celui de 2000 et celui de 2008… Au vu de ce qui remonte de toutes nos start-up, ça va piquer fort, beaucoup, beaucoup plus fort… », prévenait, le 24 mars, l’entrepreneur Marc Simoncini sur Twitter. « L’hiver nucléaire dans lequel on entre va laisser des traces fortes pendant longtemps », corrobore Benoist Grossmann, d’Idinvest Partners, l’un des principaux fonds français.

Il vous reste 58.78% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.