« Il faudra un superplan de relance industrielle »

Selon Philippe Varin, président de France Industrie, le taux d’activité des usines est à 50 %.

Par Publié le 25 mars 2020 à 10h39

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Philippe Varin, le 26 mars 2018, à Paris.
Philippe Varin, le 26 mars 2018, à Paris. LUDOVIC MARIN / AFP

Il faut coûte que coûte maintenir l’industrie en activité, tout en respectant « la première des priorités », la protection des salariés contre le Covid-19. C’est le message que le président de France Industrie, porte-parole des fédérations industrielles, lance au gouvernement. Cette demande de Philippe Varin intervient alors que le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, reconnaît qu’un arrêt prolongé de ces activités, qui emploient 3 millions de salariés, pénaliserait lourdement l’ensemble de l’économie.

L’ancien patron de PSA précise, dans un entretien au Monde, que « le taux global d’activité dans l’industrie est tombé à 50 % », mais avec de fortes variantes suivant les secteurs. Dans l’ameublement, l’automobile, certaines entreprises de la mode et du luxe ou le petit équipement ménager, « l’effondrement de la demande peut atteindre 80 %, une baisse bien plus importante qu’en 2008-2009 », ajoute-t-il. La métallurgie a reculé de 40 %, des sites comme ceux d’Alstom et de Bombardier, dans le ferroviaire, ou les Chantiers de l’Atlantique, dans les chantiers navals, sont à l’arrêt. Et dans le BTP, la plupart des chantiers sont suspendus en attendant que les ouvriers disposent de moyens de protection.

« Ralentir le moins possible »

Mais l’aéronautique (Airbus, Safran, Thales, Dassault, Daher…) est, selon lui, en phase de reprise : elle a commencé à prendre des mesures de protection et, contrairement à l’automobile, « il y a une forte demande à satisfaire », note M. Varin. Quant aux entreprises de l’emballage (carton, plastique), elles se portent bien grâce au boum du commerce en ligne, tout comme l’agroalimentaire et la santé-pharmacie, des biens vitaux. Quant aux secteurs de l’énergie, de l’eau et des déchets, ils doivent continuer de répondre à leurs missions de service public.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : Prévoir l’ampleur de la récession en France, un exercice de haute voltige

Le redémarrage à moyen terme ? Il ne peut se faire à n’importe quelles conditions. « Il faut un plan de continuité sanitaire dans les entreprises, souligne M. Varin. Cela passe par une négociation avec les représentants du personnel sur l’organisation du travail, le respect des bonnes distances, le port du masque, la désinfection des locaux… Ce qui suppose d’avoir suffisamment de masques. Nous avons relancé la production française, il faut maintenant que l’on atteigne le nombre de 10 000 respirateurs en France, alors qu’on n’en compte que 5 000. » Il se félicite qu’au sein des métiers de la métallurgie l’Union des industries et métiers de la métallurgie et trois des quatre syndicats représentatifs (CFDT, FO, CFE-CGC) soient d’accord.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.