Face au coronavirus, Bercy demande aux assureurs de participer à l’effort de solidarité nationale

Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, a fait savoir, mercredi 18 mars, qu’il attendait les propositions de la profession. Une des pistes consisterait à reporter le paiement des primes d’assurance des entreprises touchées par la crise sanitaire.

Par et Publié le 19 mars 2020 à 11h49

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances, mercredi 18 mars.

C’est le bruit qui monte parmi les entreprises durement touchées par la crise sanitaire, comme dans l’opinion publique : les assureurs ne sont pas au rendez-vous, alors que la crise sanitaire met à mal de grands pans de l’économie française.

« Les assurances » sont « les grandes absentes du grand mouvement de solidarité qui se met en place partout pour les entreprises et les emplois menacés », dénonçait mercredi 18 mars l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih), le premier syndicat patronal des cafés, hôtels, restaurants et établissements de nuit. Son président Roland Héguy insistant : « Où sont-elles ? Pas auprès de leurs assurés ! A situation exceptionnelle, efforts exceptionnels de tous pour tous. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Nous, les ouvriers, on nous dit : “Allez travailler !” alors que les cadres travaillent depuis chez eux »

Karine Gallet, propriétaire de deux hôtels à La Rochelle, aujourd’hui sans aucun client, en a fait l’amère l’expérience : « J’ai reçu des mails de la banque et de BPI France qui ont pris les devants pour me donner des informations, mais lorsque j’ai appelé mon assureur, ils m’ont dit que je n’avais droit à aucune indemnisation », relate-t-elle.

Manque à gagner

Les pertes d’exploitation sans dommages sont en effet rarement couvertes par les compagnies d’assurances. « Pour que nous intervenions, il faut, par exemple, qu’il y ait un incendie ou un bris de machine. Nous ne sommes donc pas la profession en première ligne », expliquait au Monde Florence Lustman, la présidente de la Fédération française de l’assurance (FFA), le 5 mars dernier.

Qui plus est, « un événement du type de l’épidémie de coronavirus Covid-19 dépasse le périmètre d’intervention de l’assurance, précise la FFA. En fonction de sa durée et de son ampleur, une épidémie peut avoir un impact sur l’activité économique globale : en affectant tous les secteurs, ses conséquences économiques deviennent ainsi inassurables. C’est pourquoi la quasi-totalité des contrats couvrant les entreprises (pertes d’exploitation, rupture de la chaîne d’approvisionnement, annulation d’événements, défaut de livraison, etc.) exclut l’événement d’épidémie ».

Catastrophe naturelle ?

L’Etat ne pourra pas non plus être appelé en secours. Il a bien prévu d’accompagner les entreprises pour financer le chômage partiel de leurs salariés, régler leurs charges sociales ou solliciter des prêts bancaires, mais le manque à gagner lié à l’absence d’activité, lui, ne sera pas indemnisé. « L’Etat ne prendra pas en charge les pertes d’exploitations des commerces », a déclaré Bruno Le Maire, mardi 17 mars, au cours d’une conférence de presse.
Aussi des représentants patronaux comme François Asselin, patron de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), ont, en conséquence, demandé à l’Etat de prendre un décret d’« état de catastrophe sanitaire » permettant, en complément de l’état de catastrophe naturelle, aux entreprises touchées de faire jouer leur assurance.

Il vous reste 39.2% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.