Coronavirus : la Commission européenne réfléchit à une suspension du pacte de stabilité

Bruxelles va aussi étudier la création d’obligations européennes destinées à financer la relance économique. Autre piste de travail : la possibilité d’utiliser le Mécanisme européen de stabilité, doté de 410 milliards d’euros.

Par Publié le 18 mars 2020 à 10h24 - Mis à jour le 18 mars 2020 à 11h07

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

La présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, donne une conférence de presse suite au Conseil européen qui s’est tenu par visioconférence, à Bruxelles, mardi 17 janvier.
La présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, donne une conférence de presse suite au Conseil européen qui s’est tenu par visioconférence, à Bruxelles, mardi 17 janvier. ARIS OIKONOMOU / AFP

« Depuis vendredi, la situation s’est encore détériorée ». En prononçant ces mots, à la sortie du Conseil européen qui a rassemblé les chefs d’Etat et de gouvernement européens par visioconférence, mardi 17 mars, Ursula von der Leyen prépare le terrain alors qu’elle compte faire de nouvelles propositions aux Vingt-Sept dans les prochains jours pour lutter contre les ravages économiques de la crise du coronavirus.

Vendredi 13 mars, la présidente de la Commission européenne a annoncé des mesures importantes – flexibilité du pacte de stabilité et du régime des aides d’Etat, entre autres – pour soutenir les Etats membres à faire face à la récession qui s’annonce au sein de l’Union européenne (UE) pour 2020. Quatre jours plus tard, elle semble les juger déjà insuffisantes face à l’ampleur des dégâts occasionnés par la pandémie, tant la situation évolue vite.

Une double réponse

Depuis vendredi, de plus en plus de pays – dont la France, lundi, et la Belgique, mardi – ont décidé le confinement de leur population, les frontières à l’intérieur de l’UE ont continué à se fermer, mettant en péril le marché unique, les Bourses ont, elles, poursuivi leur baisse… « Même s’il s’agit d’histoires très différentes, confie un haut fonctionnaire européen, on sait maintenant que nous sommes dans une situation comparable à celle de 2008 » quand la crise des subprimes a causé la faillite de Lehman Brothers et mis en péril le système bancaire mondial, avant de faire plonger le monde en récession.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : les banques appelées à garder le robinet du crédit ouvert

Dans ce contexte donc, la réponse de l’exécutif européen se veut double. La première urgence consiste à essayer de limiter les entraves au marché intérieur, fondamental pour l’approvisionnement des hôpitaux, des pharmacies et des magasins qui restent ouverts, mais aussi, pour ce qui reste d’activité économique sur le Vieux Continent.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : Bruxelles apprend à gérer ses nouvelles frontières

Mardi, les Vingt-Sept ont tous approuvé la proposition de la Commission de fermer aux ressortissants des pays tiers l’accès à l’UE. Et aucun d’entre eux n’a contesté la nécessité de mettre un peu d’ordre sur les frontières intérieures – en créant des files rapides pour les camions ou en laissant les citoyens européens circuler quand cela est nécessaire. Y compris les pays qui ont mis en place des contrôles très stricts à l’entrée de leur territoire et qui se disent prêts, non pas à lever leurs barrières, mais à fluidifier les choses si nécessaire. « On a même vu les Baltes reprocher à la Pologne de bloquer des ressortissants européens qui voulaient rejoindre les pays baltes, alors qu’ils ont eux mêmes fermé leurs frontières », s’amuse un diplomate.

Il vous reste 48.76% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.