Coronavirus : les banques appelées à garder le robinet du crédit ouvert

L’objectif est de prévenir un assèchement des financements, qui entraînerait des faillites parmi les entreprises touchées par la crise.

Par et Publié le 17 mars 2020 à 11h29 - Mis à jour le 17 mars 2020 à 11h42

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Les crises se suivent et ne se ressemblent pas. En octobre 2008, Nicolas Sarkozy avait mis sur la table 360 milliards d’euros pour sauver les banques françaises. Lundi 16 mars, Emmanuel Macron a annoncé, lors de son allocution, la création d’une enveloppe de 300 milliards d’euros, destinée cette fois à sauver les entreprises tricolores, avec l’aide des établissements bancaires.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Nous sommes en guerre » : face au coronavirus, Emmanuel Macron sonne la « mobilisation générale »

En Allemagne, le gouvernement avait annoncé, vendredi, mettre à disposition de la banque publique KfW un fonds de garantie de 500 milliards d’euros. L’Italie va aussi utiliser cet outil pour tenter de soutenir son économie. L’objectif est de prévenir un assèchement du crédit, qui entraînerait de facto des faillites en chaîne parmi les très nombreuses entreprises touchées de plein fouet par la crise sanitaire.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les Etats tentent d’endiguer la crise économique due au coronavirus

« La chute d’activité pourrait être fatale à beaucoup de TPE et de PME, pourtant en bonne santé avant la crise. Nous devons agir pour préserver le tissu économique. Il faut que, d’une certaine façon, nous leur fassions un pont entre l’avant-crise et l’après-crise, affirme Philippe Brassac, le directeur général de Crédit agricole SA. Les banques sont très solides, elles ont accumulé beaucoup de fonds propres et de liquidités depuis la crise de 2008. Cette fois-ci, c’est nous qui pouvons soutenir massivement l’économie. Nous en sommes parfaitement capables. »

Eviter le tiercé perdant

Pressés par le ministre de l’économie et des finances, Bruno Le Maire, les établissements bancaires se sont engagés collectivement, dimanche 15 mars, à soutenir leurs clients commerçants, professionnels et PME du tourisme ou de la restauration, dont le chiffre d’affaires s’effondre. Elles reporteront jusqu’à six mois les remboursements de prêts pour ces entreprises, sans pénalités ni frais additionnels, et instruiront en urgence les dossiers de demande de crédit en cas de tension sur la trésorerie.

Lire le récit : Impact économique du coronavirus : « Je devais bosser 138 heures ce mois-ci, je vais faire zéro ! »

Les petites entreprises ne sont pas les seules en danger. « Les marchés sont fermés, que ce soit pour des financements à court ou à long terme. Les entreprises vont d’abord utiliser leur cash, et elles en ont beaucoup en ce moment pour pouvoir payer leur dividende, mais ensuite elles n’auront d’autre choix que de faire appel aux banques », explique un membre de l’Association française des trésoriers d’entreprise.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : un plan à 45 milliards d’euros pour soutenir les entreprises

Pour pouvoir faire face à ces besoins massifs, les banques françaises vont recevoir un soutien de l’Etat : Bpifrance, la banque publique d’investissement, va étendre sa garantie des prêts aux PME – et désormais aux entreprises de taille intermédiaire (ETI) – à hauteur de 90 %. L’enveloppe de 300 milliards de garantie publique pour les nouveaux prêts sera mise immédiatement en place.

Il vous reste 52.42% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.