Arrivée du tunnelier Allison sur le chantier de la future gare Villejuif Institut Gustave-Roussy, le 8 janvier.
ALEXANDRE SORIA / SGP

Grand Paris : les communes de la petite couronne redoutent la densification urbaine

Par

Publié le 18 février 2020 à 01h22 - Mis à jour le 21 février 2020 à 13h06

Tout autour de Paris, un mot résonne comme une ritournelle avant les élections municipales. Un mot aux saveurs de campagne, un mot aux airs d’autrefois, un mot en guise de cri de résistance et de profession de foi : le village. « Romainville doit préserver son esprit village », clame Philippe Guglielmi, candidat à la magistrature dans cette ville de Seine-Saint-Denis dont il fut longtemps membre de la majorité municipale. Soutenu par le Parti socialiste et La République en marche, il veut désormais « marquer une pause dans les constructions » et « revoir tous les projets ».

Quelques kilomètres plus au sud, à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), le conseiller régional (ex-LR) Laurent Jeanne, porté par une large union de la droite et du centre, va tenter d’enlever la ville à un Parti communiste divisé en se battant pour sauver les quartiers de pavillons. Et stopper le programme de densification du centre à coups d’immeubles de sept étages au profit d’un « urbanisme apaisé » et « à visage humain » : « des petites résidences bien intégrées » autour d’un marché à l’ancienne, alors que les projets du maire sortant ajouteraient 10 000 résidents à cette ville de 80 000 habitants.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Ile-de-France, la densification urbaine devient un sujet de crispation

Encore plus au sud du département, à la limite des Hauts-de-Seine, la maire (PCF) de Gentilly, Patricia Tordjman, se représente après un mandat bousculé par les questions d’urbanisme et avec l’espoir que sa commune « reste un petit village aux portes de Paris », alors qu’elle court le risque « d’être happée sans y prendre garde » dans le rouleau compresseur de l’agglomération.

Paradoxe

Romainville, Champigny-sur-Marne, Gentilly : trois villes aux avant-postes de la construction du Grand Paris, trois communes qui seront parmi les toutes premières à bénéficier des nouveaux métros et des prolongements de lignes autour desquels se muscle la métropole, à grand renfort de grues, d’échafaudages et de bétonneuses. Trois municipalités où, comme ailleurs en petite couronne, le Grand Paris est largement absent de la campagne des élections des 15 et 22 mars, sauf pour dénoncer une densification vécue comme une agression et les travers de la métropolisation.

Lire aussi Champigny-sur-Marne, Clamart, Bagneux... les villes stars du Grand Paris

C’est tout le paradoxe de ces municipales. La seule ville où l’on parle du Grand Paris, c’est Paris, qui n’est de fait touchée que de loin par cette révolution. Loin d’embrasser les enjeux de la métropole, les communes de la périphérie parisienne semblent, elles, tourner le dos au grand projet consistant à effacer le boulevard périphérique pour construire ce « Paris en grand » cher à l’architecte Roland Castro.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.