An employee opens a cabinet door of the Sberbank and SberCloud Christofari supercomputer during an event to mark its launch into commercial operation inside the Sberbank PJSC data processing center (DPC) at the Skolkovo Innovation Center in Moscow, Russia, on Monday, Dec. 16, 2019. As Sberbank expands its technology offerings, the Kremlin is backing legislation aimed at keeping the country's largest internet companies under local control by limiting foreign ownership. Photographer: Andrey Rudakov/Bloomberg via Getty Images
ANDREY RUDAKOV / BLOOMBERG VIA GETTY IMAGES

Numérique : le cloud, enjeu de souveraineté

Par

Publié le 16 février 2020 à 16h00 - Mis à jour le 17 février 2020 à 02h20

Le 1er février, Cloudwatt s’est éteint. Discrètement, sans fleurs ni couronnes, les derniers ordinateurs ont été débranchés. Un message laconique sur le site d’Orange confirme la fermeture définitive de ce « cloud souverain », un service d’hébergement sécurisé de données. Voulu par le gouvernement en 2012, ce service devait proposer aux administrations et aux entreprises une offre nationale – comprendre non américaine – d’hébergement en ligne de leurs données sensibles pour en garantir la confidentialité. Las, malgré 250 millions d’euros investis par l’Etat et par les principaux partenaires, notamment Orange et SFR, ce projet n’a pas trouvé son public.

« Il nous manquait les volumes ; ni l’Etat ni les services publics n’ont vraiment adhéré au projet. Les besoins étaient très différents d’une institution à une autre, l’écosystème n’était pas assez développé et la certification des applications augmentait de beaucoup le coût de la solution », explique Helmut Reisinger, directeur général d’Orange Business Services (OBS). Le retard pris à ce moment-là sur les fournisseurs américains – Amazon, Microsoft et Google – n’a fait que s’accentuer depuis. Et faute d’offre nationale, « les utilisateurs n’ont pas eu d’autre choix que de recourir à des solutions non souveraines », souligne Stéphane Volant, président du Club des directeurs de sécurité et de sûreté des entreprises (CDSE).

LE MONDE

Ces déboires ont fini par bannir le terme de « cloud souverain » du vocabulaire des politiques et des industriels. Pourtant, de plus en plus d’entreprises et de particuliers sont séduits par l’idée de faire héberger leurs données en ligne, dans des nuages (cloud) d’ordinateurs, situés parfois au bout du monde. Avantages de cette solution : elle mutualise les ressources (ordinateurs et logiciels), qui sont disponibles à la demande, simplifie le stockage des données et facilite l’accès à un coût abordable à des solutions puissantes et actualisées en permanence.

« Les grands acteurs américains ont énormément investi et créent sans arrêt de nouvelles fonctionnalités qui apportent de l’innovation », constate Emmanuelle Olivié-Paul

« Beaucoup d’entreprises migrent leurs applications vers AWS ou Azure, les clouds d’Amazon et de Microsoft, car ces grands acteurs américains ont énormément investi et créent sans arrêt de nouvelles fonctionnalités qui apportent de l’innovation et donc de la performance », constate Emmanuelle Olivié-Paul, directrice associée au cabinet Markess. En témoigne l’adoption massive par les entreprises du monde entier de solutions comme celle de la gestion de la relation client de Salesforce ou avec Office 365 de Microsoft. Ou encore celle, par les particuliers, des services de stockage en ligne de photos et de vidéos.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.