Comment Isabelle Kocher, la patronne d’Engie, a été poussée vers la sortie

Un conseil d’administration extraordinaire s’est réuni, jeudi après-midi, pour entériner le non-renouvellement du mandat de la directrice générale de l’énergéticien.

Par et Publié le 06 février 2020 à 10h47 - Mis à jour le 07 février 2020 à 06h17

Temps de Lecture 7 min.

Article réservé aux abonnés

Jean-Pierre Clamadieu, Isabelle Kocher et Gérard Mestrallet, lors de l’assemblée générale annuelle d’Engie à Paris, en mai 2018.
Jean-Pierre Clamadieu, Isabelle Kocher et Gérard Mestrallet, lors de l’assemblée générale annuelle d’Engie à Paris, en mai 2018. ROMUALD MEIGNEUX / SIPA

Dans la saga pour les adolescents Hunger Games, les spectateurs assistent en direct à la mise à mort des participants d’un jeu télévisuel. Depuis le début de la semaine, le capitalisme français ressemblait furieusement au best-seller voyeuriste tant l’éviction programmée d’Isabelle Kocher, directrice générale d’Engie, s’est transformée en déballage public.

Pour couper court à une agonie « en live », Jean-Pierre Clamadieu, le président de l’énergéticien, a convoqué un conseil d’administration extraordinaire jeudi 6 février. Il était précédé d’une réunion du comité des nominations, des rémunérations et de la gouvernance qui, sans surprise, a proposé au « board » de ne pas renouveler le mandat de la directrice générale, qui devait s’achever en mai 2020. Le conseil d’administration a dans la foulée acté cette décision, considérant « que l’approfondissement de la stratégie nécessitait un nouveau leadership », selon un communiqué publié dans la foulée.

« Elle n’avait plus la confiance des administrateurs », résume un proche d’Engie. « Elle n’en fait qu’à sa tête », ajoute cet autre protagoniste, qui la soutenait pourtant encore il y a peu. Comme tous les participants à cette bataille, ce dernier a requis l’anonymat.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Engie : tensions entre la directrice générale Isabelle Kocher et son conseil

Baroud d’honneur

La contre-offensive politique lancée par Mme Kocher ces derniers jours a achevé de liguer l’establishment contre elle. Dans Le Journal du dimanche du 2 février, dénonçant une « campagne » contre elle, elle a appelé à la rescousse le chef de l’Etat.

Principal argument, relayé ensuite par des personnalités politiques de tout bord : la patronne d’Engie se targue de mettre en œuvre l’engagement d’Emmanuel Macron en faveur du climat. Depuis lundi, Yannick Jadot, le député européen écologiste, Xavier Bertrand, le président de la région des Hauts-de-France, ou encore la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, ont ainsi affiché leur soutien à la directrice générale du groupe gazier.

C’est un trio composé de trois membres du comité exécutif qui assurera l’intérim en lien étroit avec M. Clamadieu

Mais ce baroud d’honneur a provoqué l’effet contraire à celui escompté. L’Etat – qui détient 23,64 % de l’ex-GDF Suez – a accepté d’accélérer le calendrier, comme Jean-Pierre Clamadieu le souhaitait depuis des semaines. « Elle veut partir en martyre de la transition écologique », s’agace-t-on au sein de l’exécutif. La question d’un second mandat pour Isabelle Kocher devait être examinée par le conseil d’arrêté des comptes du 26 février. Mais la situation n’était plus tenable.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.