Avec ses « supermanzanas », Barcelone rend l’espace public à ses habitants

La cité catalane multiplie les zones semi-piétonnes qui limitent la flambée des prix et réinventent la vie de quartier.

Par Publié le 10 décembre 2019 à 09h30

Temps de Lecture 9 min.

Article réservé aux abonnés

La « supermanzana » du quartier de Poblenou, à Barcelone.

Autour du magnifique marché moderniste Sant Antoni de Barcelone, des rues semi-piétonnes se succèdent, où la circulation automobile est limitée à 10 km/h, formant ce que la cité catalane appelle une supermanzana ou « superbloc ». Le principe est simple : dans tout le quartier, la taille de la chaussée a été réduite au maximum, les intersections transformées en places publiques, rendues aux riverains et dotées de bancs et de jeux pour les enfants, les trottoirs élargis et parsemés de mobilier urbain et d’arbres. Tout est fait pour décourager les voitures de passer par ces rues qui ne permettent aucun raccourci puisqu’elles forment des boucles et empêchent les automobiles de traverser le quartier en les obligeant à tourner à droite ou à gauche à chaque croisement.

Pau, 46 ans et son fils de 2 ans sont assis sur un banc, en plein milieu de ce qui était la chaussée de la rue Comte Borrell il n’y a pas si longtemps. « La transformation du quartier a permis de décongestionner le trafic, ce qui était très important dans l’Eixample, qui manque terriblement de zones vertes et de parcs », dit-il.

La rue réinvestie

Un peu plus loin, au centre de l’ancien carrefour, des voisins discutent, assis sur des structures en bois adossées aux trottoirs. Devant l’école, certains se plaignent encore des difficultés pour se garer, de l’absence de feux rouges et de passages piétons pour traverser en soulignant que « beaucoup de voitures ne respectent pas les 10 km/h », comme Sofia Ysasi, 47 ans qui attend sa fille de 8 ans à la sortie de l’école. « La rue conserve ses trottoirs et les automobilistes ne se rendent pas compte que c’est une zone pour les piétons », ajoute-t-elle.

« J’ai organisé les deux derniers anniversaires de ma fille de 5 ans sur ce qui était auparavant la chaussée », Henry

Les mêmes réticences avaient marqué la mise en œuvre de la première supermanzana dans le quartier populaire de Poblenou. Aujourd’hui, elle fait l’unanimité parmi les riverains qui ont vu la rue réinvestie par les habitants, les relations se resserrer entre voisins, et les enfants jouer sur les marelles peintes au sol ou faire du vélo sur les circuits tracés par terre. « J’ai même organisé les deux derniers anniversaires de ma fille de 5 ans sur ce qui était auparavant la chaussée », souligne un voisin, Henry.

Pour la mairie, les supermanzanas sont le symbole de sa politique visant à reprendre les rues aux voitures, réinventer la vie de quartier et réduire le bruit et la pollution. Transposer la vie des petites villes aux grandes mégapoles. « Nous sommes des Méditerranéens, la rue a toujours été un espace de vie : les supermanzanas doivent servir à démocratiser l’espace public et à en finir avec la voiture reine », résume Janet Sanz, conseillère municipale d’écologie, urbanisme, mobilité et infrastructure du parti de la gauche alternative Barcelona en comu, qui mène avec résolution et ambition la transformation de la ville voulue depuis 2015 par la maire Ada Colau, ancienne activiste du droit au logement.

Il vous reste 74.46% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.