A Zurich, « la coopérative est au service d’une ville plus inclusive et plus durable »

Pour Dominique Boudet, co-commissaire de l’exposition « Zurich, les coopératives réinventent le logement social », cette forme d’habitat, apparue il y a plus d’un siècle, connaît un renouveau important depuis vingt ans.

Propos recueillis par Publié le 10 décembre 2019 à 16h15

Temps de Lecture 2 min.

Article réservé aux abonnés

Projet Kalkbreite, coopérative d'habitat à Zurich (Suisse).

Avec quelque 40 000 logements, les coopératives d’habitat représentent plus d’un quart du parc locatif de la capitale économique helvète et elles ont fortement contribué à son renouvellement urbain. Dominique Boudet, co-commissaire de l’exposition « Zurich, les coopératives réinventent le logement social », jusqu’au 19 janvier 2020 à la Cité de l’architecture et du patrimoine à Paris, revient sur un siècle d’histoire.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Zurich, les coopératives d’habitation réinventent l’art de vivre en ville

Comment sont nées ces coopératives zurichoises ?

La naissance des coopératives d’habitat, à Zurich, est directement liée à l’expansion de l’industrie, à la fin du XIXe siècle. Pour les ouvriers, c’est une manière d’échapper à l’entassement et à la précarité des logements.

La formule, qui permet de se regrouper pour acheter un terrain, puis de construire un bâtiment et l’habiter ensemble, est un moyen de se loger de manière sûre, économique et démocratique, près de l’usine. En échange de l’achat de parts sociales dans la coopérative, les habitants en deviennent collectivement propriétaires et assurent sa gestion. Les loyers qu’ils versent servent à rembourser les emprunts à long terme et à entretenir le patrimoine.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Face à la crise du logement, les solutions innovantes peinent à s’imposer

A partir de 1907, la municipalité décide de soutenir ces coopératives en leur cédant des terrains à des conditions très économiques. Elles vont connaître deux grandes vagues de développement : dans l’entre-deux-guerres, puis dans les années 1950, jusqu’à représenter 25 % du parc locatif zurichois. A la fin des années 1990, des jeunes militants, en réaction à la crise industrielle, se tournent vers la coopérative d’habitat pour construire sur les friches de nouvelles manières de vivre ensemble.

Où en est-on aujourd’hui du développement de ces coopératives ?

La trentaine d’exemples de coopératives présentées dans le cadre de l’exposition est le produit de ce renouveau. Kraftwerk 1, sorti de terre en 2001, en est l’acte fondateur.

Ces projets intègrent souvent des colocations et des espaces partagés, et favorisent mixité et entraide.

Ce projet pose les grands principes de la coopérative moderne : mixité des usages, avec des logements mais aussi des commerces, des bureaux, une crèche ; mixité sociale et culturelle, et respect de l’environnement. Des projets comme Kalkbreite en sont les héritiers.

Ce mouvement va bientôt gagner les coopératives existantes. Elles vont mettre à profit cette nouvelle demande sociale et leur immense patrimoine foncier pour renouveler un parc vieillissant. A la clé : quelques requalifications et beaucoup d’opérations de démolitions-reconstructions, qui ont fortement contribué au renouvellement urbain, à la périphérie de la ville.

Il vous reste 32.36% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.