A Brest, le téléphérique urbain permet de désenclaver un quartier

La ville du Finistère est la première de France à se doter d’un tel mode de déplacement en milieu urbain. Une innovation intégrée au réseau de transports publics de la métropole.

Par Publié le 28 mars 2019 à 14h00

Temps de Lecture 1 min.

Relire l’article

Bienvenue dans l’espace de réactions

Pour améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

Les contributions (5)

GABRIEL MOREAU 31/03/2019 - 19h57

> l’intégration d’un téléphérique en zone urbaine n’avait jamais été imaginée en France.

Faux. À coté de l'immeuble en S à Grenoble, un barre a un gros trous dedans. Il était prévu une télécabine en provenance du centre ville passant devant la préfecture... Le projet n'a jamais été finit mais le trous pour une station est toujours bien là...

Gramoune 31/03/2019 - 19h48

Il y a aussi quelques projets de téléphériques à la Réunion permettant de relier les "hauts",
quartiers à plus de 600 mètres au centre ville, situé à 30/60 mètres, et d'éviter les routes
à lacets, souvent plutôt étroites et facilement encombrées.. Deux projets à ST Denis devraient débuter bientôt...

Édouard Edy 29/03/2019 - 18h55

« objectif est de favoriser la marche et les transports en commun, et d’éviter autant que possible d’amener des voitures dans ce nouveau quartier » en tant que brestois j’y crois drôlement...
Les prix des tickets (tram, bus, téléphérique) augmentent tous les ans de 10cts, nous étions à 1,40€ il y a quelques années. Aujourd’hui, nous en sommes à 1,60€ pour un réseau de transport de moins bonne qualité que celui de Rennes.

Rémi. 29/03/2019 - 14h50

Chouette article. Le téléphérique a été un argument soutenant le projet de création d'un quartier aux Capucins, essentiellement basé sur des logements neufs au double du prix au m² de l'ancien. L'idée, assumée, étant de faire (re)venir des habitants sur Brest, dont la démographie est en baisse depuis longtemps. De plus, l'ouverture intempestive des portes c'était pendant les essais et la cabine a chuté d'un portique de maintenance. Le téléphérique fait parler de Brest dont il est un atout.

PAUL RIOU 28/03/2019 - 15h16

L'article ne nous apprend rien. La journaliste est-elle venue jusqu'à Brest? Permettez-moi d'en douter. Le journalisme est un métier!

gilbouille 28/03/2019 - 18h20

Par contre le métier de râleur, tout le monde peut l’exercer, et ce sans aucun diplôme. Et si vous nous disiez ce que vous auriez voulu savoir de plus, au lieu de critiquer?

A la suite de la mise en place d'un nouveau système de réactions, cet article, publié antérieurement, ne peut plus accueillir de commentaires.

Services