La mort d’Henri Ecochard, volontaire de la France libre

Engagé à 17 ans dans les Forces françaises libres, il a combattu de l’Afrique du Nord à l’Alsace. Il avait établi la liste de tous les Français libres – 60 000 noms –, connue des historiens sous le nom de « liste Ecochard ». Il est mort le 3 avril, à l’âge de 96 ans, emporté par le Covid-19.

Par Publié le 07 avril 2020 à 18h37 - Mis à jour le 09 avril 2020 à 11h32

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Henri Ecochard est mort, le 3 avril, à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), à l’âge de 96 ans. Officier de la Légion d’honneur, cet ancien héros des Forces françaises libres a été emporté par le Covid-19. Né à Cholet (Maine-et-Loire) le 24 avril 1923, ce fils d’un médecin d’Airvault (Deux-Sèvres), s’intéresse très tôt aux relations internationales. Etudiant au lycée Descartes de Tours, il est indigné par les accords de Munich, signés entre l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l’Italie en 1938, contrairement à son père, pacifiste écœuré par les massacres de la Grande Guerre.

Le 1er septembre 1939, lorsque l’Allemagne envahit la Pologne, il hisse le drapeau tricolore à la façade de sa maison. Révolté par l’annonce de l’armistice, il entreprend de rejoindre l’armée anglaise après avoir entendu, le 22 juin, un discours de Winston Churchill, en français, appelant à poursuivre les combats.

Parti de Poitiers à vélo, il rejoint La Rochelle, où il embarque sur un thonier polonais qui met le cap sur Cardiff. Il ne parle pas un mot d’anglais ni de polonais et n’a pas de papiers d’identité. Jugé suspect par les autorités britanniques, il est emprisonné pendant huit jours avant d’être conduit à Londres parmi les soldats français du général Bethouart réfugiés en Angleterre. Il entend alors parler du général de Gaulle, ce nouveau chef dont il veut, comme d’autres jeunes Français, constater la « valeur ». « La rencontre avec le général de Gaulle est très marquante. Il reconnaît tout de suite en lui un grand chef visionnaire », peut-on lire dans son dossier conservé au Musée de l’Ordre de la Libération.

Prendre part à la bataille de Bir Hakeim

Henri Ecochard, 17 ans, triche alors sur son âge pour rejoindre l’infanterie. Avec d’autres Français libres, il suit un entraînement au maniement des armes dans un camp canadien, à côté de Londres. En avril 1941, il est envoyé à Brazzaville au Congo, puis en Syrie, où les Français libres et les Britanniques affrontent l’armée française de Vichy. La traversée durant quatre mois, il arrive à la fin de la campagne.

Lire aussi « Nous, tirailleurs sénégalais, avons débarqué en Provence pour libérer la France en août 1944 »

A Damas, il est affecté aux automitrailleuses des spahis marocains. Il rejoint ensuite l’Egypte, avant de prendre part à la bataille de Bir Hakeim en Libye, début 1942. Il effectue des raids sur les arrières des troupes allemandes conduites par Rommel afin de détruire les camions de ravitaillement. Il participe ensuite à la bataille d’El Alamein, puis à la campagne de Tunisie avec le général Leclerc. Fin mai 1943, Henri Ecochard fait partie de l’unité qui est chargée de garder la résidence de De Gaulle à Alger. En 1944, il intègre le 1er régiment d’artillerie de la 1re division française libre comme officier observateur en avion.

Il vous reste 34% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.