(FILES) In this file photo taken on November 3, 2004, Oman's late ultan Qaboos attends the funeral of Emirati president Sheikh Zayed bin Sultan al-Nahayan in Abu Dhabi. Sultan Qaboos, who ruled Oman for almost half a century, has died at the age of 79, the Omani news agency said January 11, 2020. Qaboos, the longest ruling Arab monarch, had been ill for some time and had been believed to be suffering from colon cancer. / AFP / Rabih MOGHRABI
RABIH MOGHRABI / AFP

Qabous Ben Saïd, précieux trait d’union entre les mondes arabe, perse et occidental

Par

Publié le 11 janvier 2020 à 11h52 - Mis à jour le 13 janvier 2020 à 07h27

Doyen des souverains arabes, au pouvoir depuis presque cinquante ans, le sultan d’Oman, Qabous Ben Saïd Al-Saïd, mort vendredi 10 janvier à l’âge de 79 ans des suites d’un cancer, était une figure atypique sur la scène politique proche-orientale. Ce despote de confession ibadite, une branche de l’islam ultraminoritaire, a su faire de son petit pays, aux confins de la péninsule Arabique, une passerelle entre les mondes arabe, perse et occidental, à rebours du sectarisme en vogue dans la région.

Il naît en 1940, à Salalah, le grand port du Sud, qui est alors la capitale de ce qui est connu comme le sultanat de Mascate et d’Oman. L’époque où son illustre ancêtre, le sultan Saïd Ben Sultan (1806-1856) régnait sur un immense empire, de Bandar-e Abbas, sur la côte persane du Golfe, à Zanzibar et Mombasa, sur la côte orientale de l’Afrique, n’est plus qu’un lointain souvenir. Féodal fruste et rétrograde, le père de Qabous, le sultan Saïd Ben Tamour, maintient son pays dans un état d’arriération délibéré. Il prohibe toute ouverture au progrès et au monde extérieur, exception faite du Royaume-Uni, le protecteur attitré du royaume, qui l’aide à mater le soulèvement du djebel Akhdar entre 1954 et 1959.

Le sultan Qabous Ben Saïd Al-Saïd au cours de sa jeunesse, sur les genoux de son père, le sultan Saïd Ben Tamour (photo non datée).

Après des études à Pune, en Inde, Qabous est envoyé à l’Académie royale militaire de Sandhurst, dans le Surrey britannique, le passage obligé des apprentis souverains de la péninsule Arabique. A la sortie de cette prestigieuse école, en 1962, il sert un an dans l’armée anglaise, en Allemagne, puis s’en va faire un tour du monde. A son retour au pays, en 1965, il est placé sous haute surveillance par son père, confronté à une nouvelle rébellion, d’inspiration marxiste, dans le Dhofar, la région montagneuse méridionale, dont Salalah est le chef-lieu. Profitant de la panique causée par la progression des rebelles, Qabous lance une révolution de palais en 1970, qui aboutit à la destitution de son père, obligé de s’exiler à Londres.

Reportage : A Oman, la nouvelle révolution de Salalah
Le sultanat d’Oman.

Aussitôt, il déplace la capitale à Mascate et renomme son pays le sultanat d’Oman. Les premières années de son règne sont consacrées à la lutte contre la guérilla du Dhofar, qui a le soutien du Yémen du Sud communiste et de la Chine. En partenariat avec les SAS (Special Air Service), une unité d’élite britannique, une stratégie de contre-insurrection est mise en place. Aux opérations militaires classiques (embuscades, bombardements par les airs, coupure des lignes de ravitaillement depuis Aden, la capitale du Yémen du Sud) s’ajoutent des initiatives plus civiles (propagande anticommuniste via le recours aux valeurs religieuses traditionnelles, assistance médicale aux paysans du djebel), qui coupent peu à peu la révolte de sa base populaire.

Il vous reste 68.99% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.