Harry Kupfer, une vie au service de l’opéra

Le metteur en scène allemand, ancien directeur de l’Opéra-Comique de Berlin, réputé pour son travail sur les opéras de Wagner, est mort le 30 décembre à l’âge de 84 ans.

Par Publié le 01 janvier 2020 à 17h51

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Le metteur en scène Harry Kupfer, ancien directeur de l’Opéra-Comique, à Berlin, le 13 mars 2019.
Le metteur en scène Harry Kupfer, ancien directeur de l’Opéra-Comique, à Berlin, le 13 mars 2019. SOEREN STACHE/AFP

Le metteur en scène allemand Harry Kupfer, ancien directeur de l’Opéra-Comique (Komische Oper) de Berlin, dont le nom est étroitement lié aux opéras de Wagner, est mort lundi 30 décembre à Berlin à l’âge de 84 ans. Il a marqué les esprits dès ses débuts au Festival de Bayreuth en 1978 avec Le Vaisseau fantôme, qui alterne trois étés avec le « Ring » de Pierre Boulez et Patrice Chéreau. Il en déplace le curseur dramaturgique, dessinant, au centre du mythe de l’homme maudit errant sur les mers, la figure de proue d’une jeune fille névrosée, que son obsession et sa folie mèneront au suicide (DVD paru chez Deutsche Grammophon).

En 1988, toujours à Bayreuth, il est aux manettes du « Ring » de l’après-Chéreau, aux côtés de Daniel Barenboïm. Un compagnonnage que les deux compères ont poursuivi assidûment, assurant notamment pour le fameux festival des Festtage de Berlin, dont le chef d’orchestre et pianiste est directeur artistique depuis 1992, une quasi intégrale des dix opéras wagnériens sur plusieurs saisons.

C’est avec Strauss qu’il réalise en 1973 sa première mise en scène à l’étranger avec « Elektra » à l’Opéra de Graz, en Autriche

Harry Kupfer est né le 12 août 1935 à Berlin. Sa carrière commence dans l’Allemagne de l’Est où ce disciple de Walter Felsenstein (1901-1975), fondateur de la Komische Oper, devient l’une des personnalités marquantes du « Regietheater », qui fait de la mise en scène un élément déterminant de l’opéra, au même titre que ses contemporains Ruth Berghaus, Götz Friedrich ou Joachim Herz. Après des études de théâtre à la Theaterhochschule de Leipzig de 1953 à 1957, Kupfer entre comme assistant au Landestheater de Halle. Il y monte son premier opéra, Rusalka, de Dvorak, en 1958, à l’âge de 23 ans. De 1958 à 1962, il travaille tour à tour au Théâtre de Stralsund, au Théâtre de Chemnitz, puis devient en 1966 directeur du Théâtre national de Weimar.

En 1971, il est sollicité par le Staatsoper de Berlin pour La Femme sans ombre, de Richard Strauss. L’année suivante, il devient directeur de la Staatsoper de Dresde, où il reste jusqu’en 1982. C’est également avec Strauss qu’il réalise en 1973 sa première mise en scène à l’étranger avec Elektra à l’Opéra de Graz, en Autriche, cinq ans avant son invitation à Bayreuth.

Grand répertoire et création contemporaine

Mais le couronnement de sa carrière est berlinois : en 1981, Harry Kupfer devient le patron du prestigieux Opéra-Comique de Berlin (Komische Oper), où il reste jusqu’en 2002, présentant pas moins de 140 mises en scène. Une période prolifique qui voit le travail de Kupfer essaimer dans les principales maisons d’opéra germaniques et européennes.

Il vous reste 42.48% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.