Mort de Lara Saint Paul, prêtresse de l’« italo-soul » et de l’aérobic

Décédée le 8 mai, à 73 ans, la chanteuse italienne, d’origine érythréenne, a collaboré avec les arrangeurs Quincy Jones, Leon Ware et Bruno Nicolai

Par Publié le 30 mai 2018 à 10h25 - Mis à jour le 31 mai 2018 à 17h37

Temps de Lecture 15 min.

Article réservé aux abonnés

Lara Saint Paul, à Sanremo (Italie), le 8 février 1962.

Avec la mort de la chanteuse Lara Saint Paul, l’Italie perd l’une des voix les plus vibrantes de ce que son confrère Lucio Battisti appelait « l’âme latine » – ainsi qu’il avait baptisé son chef-d’œuvre, Anima Latina (1974). Soit la fusion de deux genres d’effusions musicales, distincts mais cousins : la soul afro-américaine, d’un côté, et un lyrisme plus spécifiquement transalpin, à l’expressivité toute opératique, de l’autre.

Silvana Savorelli, qui se camouflait sous le pseudonyme de Lara Saint Paul depuis 1967, est morte le 8 mai, d’un cancer, à Casalecchio di Reno, en Emilie-Romagne, région dont était originaire son père. Elle était née soixante-treize années plus tôt, le 30 avril 1945, à Asmara, où avait grandi sa mère, noire. Aujourd’hui capitale de l’Erythrée, la ville a été occupée par l’Italie de 1889 à 1941, avant d’être cédée aux Britanniques, puis aux Ethiopiens. Sa vie durant, Silvana brandira avec fierté ce métissage, dont elle nourrira abondamment sa discographie.

Comme la majorité de la communauté italienne – qui comptait 76 000 personnes au pic de la colonisation, en 1939 –, la famille Savorelli quitte l’Erythrée après l’effondrement du fascisme, pour s’installer dans les environs de Ravenne, à Fusignano. Cours de vocalises sous la férule d’une Castafiore locale – Tina Brini –, écoute pieuse des 33-tours d’Ella Fitzgerald et de Louis Armstrong, première participation au Festival de Sanremo à 17 ans, en 1962, sous le sobriquet de Tanya : Silvana entre dans la vie par le chant, qu’elle porte, malgré son jeune âge, à des sommets de finesse et de puissance.

« Chanter, ça me va », avec Louis Armstrong

Mais l’époque est gorgée de gosiers surdoués qui, de Mina à Ornella Vanoni et de Patty Bravo à Rita Pavone, font de l’ombre à Tanya. Qu’importe, six ans après sa première apparition, la revoici à Sanremo, réincarnée en Lara Saint Paul, invitant son idole, Louis Armstrong, à chanter à sa suite un titre aux airs de prière, Mi Va Di Cantare : « Chanter, ça me va », prêchent Lara et Louis, avec esprit. Cette fois, c’est la bonne : sa bouille gironde ne quittera plus les ondes de la Rai, qui la fait régulièrement participer à ses émissions.

En coulisse, son imprésario et mari, Pier Quinto Cariaggi, s’active. Basé à Milan, cet ancien journaliste toscan a fondé en 1963 une maison de disque, la Company Discografica Italiana (CDI) ; il signe Lara Saint Paul en 1967, avant de lui faire parapher le registre marital l’année suivante. Domani Tornerai (1967), The Touch of a Kiss (1968), La Canzone Portafortuna (1969), Mi Fa Morir Cantando (1973, adaptation d’un succès de Roberta Flack)… Servis par des orchestrateurs aussi vifs qu’inventifs – Armando Trovajoli, Bruno Nicolai, Renato Serio, Shel Shapiro… –, les 45-tours de l’égérie de la CDI séduisent et subtilisent bien des cœurs.

Il vous reste 36.89% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.