Franck Bauer, la voix de Radio Londres, est mort

Engagé dans les Forces françaises libres pendant la seconde guerre mondiale, le résistant et père du chanteur Axel Bauer était aussi un pianiste de jazz.

Par Publié le 18 avril 2018 à 18h09 - Mis à jour le 19 avril 2018 à 07h13

Temps de Lecture 3 min.

Franck Bauer, ancien résistant, en 2009.

« Ici Londres… Les Français parlent aux Français… » Franck Bauer prononça 578 fois ces mots célèbres sur Radio Londres. Celui qui fut la voix de la résistance contre l’occupant nazi est mort le 6 avril, au Cateau-Cambresis (Nord) à l’âge de 99 ans.

Né le 2 juillet 1918 à Troyes (Aube), Franck Bauer grandit dans une famille tournée vers l’art et la musique. Son père est architecte des monuments historiques et du diocèse, sa mère joue du piano. Jeune batteur et pianiste de jazz, Franck Bauer s’oriente vers des études d’architecture.

Sur le chantier de l’Exposition universelle de 1937, à Paris, il se fait embaucher comme assistant de l’architecte Albert Speer sur le pavillon de l’Allemagne, face à celui de l’URSS. L’expérience tourne court : son père lui ordonne de renoncer à travailler pour l’architecte d’Hitler. Franck Bauer n’ignorait pourtant rien des dangers du nazisme. En 1933, lors d’un voyage scolaire en Allemagne, il avait été frappé par l’accueil des étudiants le bras tendu au cri de « Heil Hitler ! ». « On va avoir la guerre et on va la perdre », avait-il annoncé à ses parents à son retour.

Le choix de la Résistance

Pas mobilisable au début de la guerre, il remplace des musiciens professionnels appelés sous les drapeaux dans différents orchestres à Paris. Dès que le maréchal Pétain annonce aux Français, le 17 juin 1940, la demande de l’armistice, il fait le choix de la Résistance. Avec sa sœur Denise, il traverse la France à vélo, mais celle-ci, blessée à un genou, doit se réfugier dans un presbytère. Il arrive seul au Verdon-sur-Mer (Gironde), d’où il s’embarque pour le Royaume-Uni sur un paquebot polonais, sous le bombardement de la Luftwaffe. Arrivé à Londres, il s’engage dans les Forces françaises libres (FFL).

Envoyé dans les Cornouailles, il a pour mission d’établir des relations avec les pêcheurs bretons pour organiser des passages clandestins entre l’Angleterre et la France. En novembre 1940, il part aux Etats-Unis, afin d’espionner les actions des autorités de Vichy qui s’efforcent de convaincre les marins français de la marine marchande qui s’y trouvent de ne pas rejoindre la France libre.

« Je dois dire que mon plus grand courage, pendant cette guerre, est de ne pas être resté aux Etats-Unis en 1941. Il y avait tout dans ce pays »

A New York, puis à La Nouvelle-Orléans, il en profite pour fréquenter les petits clubs de jazz et rencontrer des musiciens tels Benny Carter ou Coleman Hawkins. « Je dois dire que mon plus grand courage, pendant cette guerre, est de ne pas être resté aux Etats-Unis en 1941. Il y avait tout dans ce pays, surtout pour un jeune homme, tout ce dont on pouvait rêver : l’automobile, l’opulence… », confiera-t-il, en 1999, à Jazz Hot, revue à laquelle il contribua pendant de longues années.

« Messages personnels »

A son retour à Londres, il rejoint en mars 1941 l’équipe de Radio Londres où il devient l’un des deux annonceurs de l’émission « Les Français parlent aux Français ». De mars 1941 à avril 1943, il fait ainsi partie de cette petite équipe de journalistes qui, sur les ondes de la BBC, se relaient pour porter l’espoir durant les heures les plus sombres de l’histoire de France. Outre les « messages personnels », il assure la présentation d’une émission hebdomadaire de jazz, Radio Swing Club.

Dans 40 à Londres, l’espion qui venait du jazz (Bayard, 2004), Franck Bauer expliquera qu’avant de partir en avril 1943 à Madagascar, pour y prendre en main la radio des Français libres, il avait fait promettre à Maurice Schumann, camarade de Radio Londres, de le prévenir à temps pour prendre part au Débarquement en France. Il ne pourra réaliser ce souhait : après avoir rejoint Alger, puis l’Ecosse, Franck Bauer ne touche le sol normand qu’en juillet 1944.

Après la Libération, il part en Extrême-Orient comme reporter couvrir la guerre d’Indochine, d’abord pour Les Nouvelles du matin, puis pour l’Agence France-Presse (AFP). De retour à Paris, il devient chef de cabinet de son ancien collègue de Radio Londres, Pierre Bourdan, alors ministre de la jeunesse, des arts et des lettres (1947), puis conseiller d’Eugène Claudius-Petit, ministre de la reconstruction (1948-1953). De 1953 à 1979, il dirige Franck Bauer Conseil, cabinet de relations publiques. S’il se retire du milieu du jazz après la guerre, il n’en transmet pas moins son goût de la musique à son fils Axel, figure de la pop française.

Franck Bauer en quelques dates

2 juillet 1918 Naissance à Troyes (Aube)

1940 S’engage dans les Forces françaises libres

1941-1943 Rejoint l’équipe de Radio Londres

1943 Lance la radio des Français libres à Madagascar

1953-1979 Crée et dirige un cabinet de relations publiques

6 avril 2018 Mort au Cateau-Cambresis (Nord)

Voir les contributions

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.