Employés d’abattoir ou quand le travail rend fou, sur France 2

Dans « Les Damnés », Anne-Sophie Reinhardt donne la parole à des ouvriers de la chaîne d’abattage. Des témoignages bouleversants.

Par Publié le 30 juin 2020 à 20h45

Temps de Lecture 3 min.

Joseph Ponthus, l’un des employés d’abattoir qui témoigne dans le documentaire d’Anne-Sophie Reinhardt, s’en est sorti par l’écriture (« A la ligne », 2019).

FRANCE 2 - MARDI 30 JUIN À 22 H 50 - DOCUMENTAIRE

Ames sensibles, restez. C’est à vous, et donc à nous tous, êtres humains, que le documentaire d’Anne-Sophie Reinhardt, formidable de par sa forme et son fond, s’adresse. L’on n’y verra aucune des images dérangeantes diffusées dans les médias, notamment par le biais de l’association L214, pour dénoncer les conditions sordides dans lesquelles sont abattus les animaux destinés à notre alimentation. La documentariste a choisi au contraire de faire entendre la parole de ceux qui les mènent, tuent, saignent, dépècent, emballent.

Lire le récit : Ciblé par L214, l’abattoir en Dordogne suspendu après une enquête vétérinaire

« Je suis un élément de l’industrie de la mort. » Celui qui parle n’est pas un tortionnaire, mais un simple employé d’abattoir qui a accepté cet emploi pour nourrir une famille, échapper à la précarité, au chômage, à la rue, même. Anne-Sophie Reinhardt filme ces hommes – et une femme – loin du « bruit et de l’odeur » de ces lieux hors du temps, dont le mangeur de steak ne veut rien savoir. Dans le calme d’une forêt baignée d’une lumière douce, bercés par le bruit des insectes et des oiseaux, Stanislas, Olivier, Stéphane, Mauricio, Nadine racontent les gestes, les cris « qui vous transpercent de la tête aux pieds », la pression hiérarchique qui déshumanise un peu plus, les cauchemars qui hantent leurs nuits.

Les mots remplacent les images, et s’impriment d’autant mieux chez qui sait écouter la souffrance de ces travailleurs invisibilisés. « Personne ne reste s’il n’entre pas dans le moule. » Moins que la mise à mort, c’est le travail à la chaîne qui rend fou. L’un d’eux compare l’abattoir à l’asile, avec ses « murs blancs, les habits blancs… »

Le seul à témoigner à visage couvert – silhouette noire, voix douce – se présente comme un « tueur » : « Ça fait dix ans. » Il raconte les larmes qui coulent des yeux des vaches avant leur mise à mort. Comment il attire les veaux dans le « piège » en leur faisant téter ses doigts. Il ne peut pas arrêter, il a une femme et une petite fille. Il pense au suicide.

« Pulsion de mort »

L’un s’en sort par le sport, d’autres n’ont pas cette chance : alcool et psychotropes sont souvent les béquilles qui permettent d’embaucher à 4 heures le matin, de travailler dans « le sang, le lait (des vaches laitières abattues), la merde », puis de recommencer, jour après jour, pour un salaire proche du smic (les heures de nuit et les heures supplémentaires sont un complément de salaire indispensable).

Nadine, la seule femme à témoigner dans le documentaire d’Anne-Sophie Reinhardt.

Joseph Ponthus, simplement présenté comme Joseph dans le documentaire, s’en est sorti par l’écriture (son roman, A la ligne (2019), a reçu plusieurs prix). Mais six mois après avoir quitté l’abattoir, il y est encore dans sa tête. Stéphane, lui, énumère la liste de ses blessures : déchirures musculaires, blessures ouvertes, tendinites… Il est désormais travailleur handicapé. Nadine évoque, les larmes aux yeux, le poids du silence, seule arme à disposition de ces travailleurs pour mettre à distance « la pulsion de mort ».

La colère envahit Mauricio lorsqu’il raconte, avec des mots crus, l’éventration des vaches « pleines »

La colère envahit Mauricio lorsqu’il raconte, avec des mots crus, l’éventration des vaches « pleines », leur veau qui se débat et qu’on jette à la poubelle. Souffrant de stress post-traumatique, il éclate en sanglots. Trois ans après avoir quitté l’abattoir, il ne parvient pas à oublier. « Ils continuent à le faire… »

Accompagnées d’éclairages d’un ergonome et d’un agent vétérinaire, ces paroles aussi glaçantes que nécessaires sont recueillies et filmées avec un tact et une délicatesse hors du commun, faisant de ce documentaire – pourtant pas le premier sur le sujet –un objet à part, exceptionnel.

Les Damnés, des ouvriers en abattoir, documentaire d’Anne-Sophie Reinhardt (Fr., 2020, 66 min). Diffusé dans le cadre du magazine « Infrarouge » présenté par Marie Drucker.

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.