En balade avec Dany Laferrière, écrivain « horizontal »

Pour sa première émission déconfinée, Augustin Trapenard emmène son invité sur les bords de Seine et le confesse dans une baignoire.

Par Publié le 29 juin 2020 à 22h00

Temps de Lecture 2 min.

L’écrivain et membre de l’Académie francaise, Dany Laferrière, à Paris, le 22 novembre 2017.

CANAL+ - LUNDI 29 JUIN À 23 H 00 - MAGAZINE

Après avoir repris « Boomerang », sa quotidienne sur France Inter, ­Augustin Trapenard se déconfine à l’écran en compagnie de l’académicien Dany Laferrière, pour un nouveau numéro de son émission littéraire, « 21 cm », et c’est si bon ! Si bon tant l’écrivain invité réussit à transmettre sa capacité à l’émerveillement (« il n’y a pas de quotidien pour moi sans poésie : je m’éblouis d’infini »), à la paresse (il est l’auteur de L’Art presque perdu de ne rien faire) et au recul (« beaucoup de choses ne sont pas graves »). Avec un grand sens de l’humour et une attention de chaque instant aux mots, voilà Dany, costume et chaussettes à pois, qui devise avec un ­Trapenard démasqué le long de la Seine et de ses bouquinistes ou, chez le journaliste, autour d’un bon café.

Mais reprenons. Né en 1953 à Port-au-Prince, Dany Laferrière fuit Haïti et la dictature de ­Duvalier pour se réfugier au ­Québec, où il enchaîne les emplois dits « précaires », avant de faire publier, en 1985, son premier roman, devenu best-seller : Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer. Cinq ans plus tard, il déménage à Miami, d’où il écrira notamment Le Goût des jeunes filles et Le Cri des oiseaux fous. Il décide alors de revisiter ses précédents romans, y ajoutant parfois jusqu’à 150 pages. En 2009 sort L’Enigme du retour (prix Médicis) et, quatre ans plus tard, Journal d’un écrivain en ­pyjama, dans lequel Dany ­Laferrière évoque sa passion pour l’écriture et la lecture.

Lire aussi Dany Laferrière dans le fauteuil d’Alexandre Dumas à l’Académie française

« Romancier de l’exil »

Allongé dans une baignoire pleine de mousse, Augustin Trapenard à ses côtés et dans la même configuration, il confie de sa voix chaude et tranquille : « Je lis dans mon bain, j’écris dans mon lit : je suis un homme horizontal. » « Romancier de l’exil et des mondes multiples, chantre de la paresse et de la sensualité », dixit le journaliste, celui qui a découvert la magie de la littérature en lisant Capitaines courageux, de Kipling (« J’avais le goût salé dans la bouche et l’impression d’être sur le bateau ») dévoile son panthéon d’écrivains en « B ». Au côté de Charles Bukowski se retrouvent James Baldwin et évidemment Borges, son préféré, celui qu’il refusa de rencontrer. « On ne rencontre pas Homère, on ne rencontre pas la mythologie… »

« 21 cm », présenté par Augustin Trapenard. Avec Dany Laferrière (Fr., 2020, 55 min). www.canalplus.com/decouverte/21-cm/h/6754049_50001

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.