Thousand, Blanco White, Brel… Retour sur nos albums coups de cœur

Le lundi, le service Culture du « Monde » propose aux lecteurs de « La Matinale » ses choix en matière de musique.

Publié le 28 juin 2020 à 23h53

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

LA LISTE DE LA MATINALE

Chaque fin de mois, nous revenons sur des albums récemment commercialisés, qui ont reçu un accueil critique positif de la rubrique Musiques du Monde. Au programme aujourd’hui, des enregistrements parus entre le 22 mai et le 19 juin : un coffret qui rassemble des concerts de Jacques Brel en 1963 et 1966, et un entretien filmé, réalisé en 1971 ; Barricades, par le luthiste Thomas Dunford et le claveciniste Jean Rondeau ; le premier album, folk et pop, du chanteur et guitariste britannique Josh Edwards, sous le nom de Blanco White ; l’étrange Eden sonore de Thousand ; le saxophoniste Barney Wilen et le pianiste Alain-Jean Marie en duo au Festival international de jazz de Montréal, en 1993 et l’effervescence collective du quartette du saxophoniste Guillaume Perret.

« Brel à Knokke – Les Adieux à l’Olympia – Brel parle », de Jacques Brel

Pochette du coffret « Brel à Knokke – Les Adieux à l’Olympia – Brel parle », de Jacques Brel.

Un récital, donné le 23 juillet 1963 au casino de la station balnéaire belge de Knokke-le-Zoute, un assemblage de deux concerts à l’Olympia, à Paris, les 28 et 29 octobre 1966, et un entretien filmé, retour à Knokke-le-Zoute, le 8 juillet 1971. Tels sont les documents, restaurés en 2018, présentés régulièrement par la Fondation Jacques-Brel de Bruxelles, créée en 1981, qui sont rassemblés dans un coffret pour retrouver Jacques Brel (1929-1978) dans toute sa force d’interprète.

Le concert à Knokke, court, d’une trentaine de minutes, fait entendre une allégresse vocale constante, même au plus profond de l’émotion. La ferveur du public emportant celle de Brel. Même triomphe, à l’Olympia, en 1966, en près d’une heure, et même élan de Brel à se donner corps et âme. Avec Brel parle, le chanteur Brel, souvent rieur dans le ton, part sur une idée en réponse à une question, s’en échappe, y revient. Et l’on est emporté par cette parole en va-et-vient. Sylvain Siclier

1 coffret de 2 CD et 2 DVD (ou 1 Blu-ray) Barclay/Universal Music (sortie le 22 mai).

« Barricades », de Thomas Dunford et Jean Rondeau

Pochette de l’album « Barricades », de Thomas Dunford et Jean Rondeau.

Non conformiste en diable, la pochette de ce disque suscite une longue interrogation. Dans le genre de celle de l’album Atom Heart Mother (1970), de Pink Floyd. Une photographie prise en pleine nature présente les deux musiciens avec un titre, Barricades, dont la logique ne saute pas aux yeux. Debout dans un champ fraîchement moissonné (le répertoire baroque ?), le luthiste Thomas Dunford et le claveciniste Jean Rondeau figurent les bases d’un triangle dont le sommet est marqué par un arbre au feuillage touffu (le timbre mêlé de leurs instruments ?).

Il vous reste 66.47% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.