Mélodrame à l’Opéra de Tours

Son directeur, Benjamin Pionnier, qui est aussi le chef d’orchestre de la formation musicale qui y réside, l’Orchestre symphonique Région Centre-Val de Loire (OSRC), en conflit aigu avec son équipe, se dit victime d’une cabale.

Par Publié le 25 juin 2020 à 07h35 - Mis à jour le 25 juin 2020 à 08h13

Temps de Lecture 8 min.

Article réservé aux abonnés

Une tempête wagnérienne souffle dans les coursives de l’Opéra de Tours. La tension est à son paroxysme entre le directeur et la cinquantaine de musiciens professionnels de cette structure municipale, également appelée « Grand Théâtre ». En place depuis 2015, Benjamin Pionnier, 44 ans, est aussi le chef d’orchestre de la formation musicale qui y réside, l’Orchestre symphonique Région Centre-Val de Loire (OSRC). Ses membres s’opposent fermement à son renouvellement et l’accusent de maux innombrables : CV gonflé, incompétence musicale, harcèlement au travail, népotisme… Lui parle de complot et se pose en victime d’une campagne de dénigrement.

D’une rare animosité dans cette ville bercée par la douceur ligérienne, la crise du Grand Théâtre trouverait son origine, d’après M. Pionnier, dans les replis d’un conflit plus ancien, portant sur les rémunérations des musiciens. Dotés de contrats à durée déterminée d’usage (CDDU), ceux-ci sont engagés ponctuellement au gré des productions. En 2017, les musiciens ont obtenu ce qu’ils réclamaient : l’augmentation de 30 % de leurs cachets, non conformes jusqu’alors à la convention collective.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les compositeurs face au point d’orgue du confinement

Cette mesure se serait toutefois accompagnée d’une diminution de la quantité de travail, dénonce le Syndicat tourangeau des artistes musiciens (STAM, affilié à la CGT), auquel adhère plus de la moitié de l’orchestre. En tout, un millier de « services » individuels (répétitions et représentations) auraient été supprimés, ces trois dernières saisons – calcul que conteste mollement la direction.

Inhérente à la précarité des métiers artistiques, l’inquiétude des instrumentistes vis-à-vis de leur emploi servirait de « carburant au STAM pour échafauder un scénario calomnieux » à son encontre, martèle Benjamin Pionnier. Et ce dernier d’expliquer qu’il ne fait pas « moins » travailler les musiciens, mais « autrement ». « Rationalisation des répétitions », « logique de mutualisation », « optimisation de l’argent public »… L’homme manie avec facilité les mots du management et veut marquer sa différence avec son prédécesseur, Jean-Yves Ossonce, parti fâché en 2015, après vingt ans de service.

Double casquette inconfortable

« Il aimait la musique romantique qui nécessite de gros effectifs, lesquels ne tiennent pas forcément sur les plateaux en tournée. L’orchestre avait pris des habitudes qui étaient en dehors des pratiques », justifie aujourd’hui l’initiateur d’une programmation adaptée à des jauges plus petites, permettant de jouer « hors les murs ». Le maire centriste de Tours, et premier supporteur de M. Pionnier, Christophe Bouchet, lui vient en aide aujourd’hui, en évoquant un « phénomène de décompensation » au sein d’une fosse longtemps stressée par « l’exigence exacerbée » de M. Ossonce.

Il vous reste 74.73% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.