La renaissance d’Aksak Maboul, groupe belge hors catégorie

Son double album, « Figures », sort à l’occasion des 40 ans du label Crammed Discs.

Par Publié le 06 juin 2020 à 07h00 - Mis à jour le 06 juin 2020 à 10h53

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Le groupe Aksak Maboul, avec, de gauche à droite, Lucien Fraipont, Erik Heestermans, Faustine Hollander, Véronique Vincent et Marc Hollander, en avril 2020, à Bruxelles.

Le monde de la musique sonné par le Covid-19 ? A Bruxelles, Crammed Discs, 40 ans, résiste. En plein marasme, le label indépendant publie trois nouveaux albums dont un double, le copieux Figures, acte de renaissance du joyeusement inclassable groupe belge Aksak Maboul : vingt-deux plages pour un tissage hors norme de pop et de chansons poétiques et malicieuses. Suivi par un disque du duo électro dance palestinien Zenobia (sur Acid Arab Records, dont le collectif parisien Acid Arab assure la direction artistique au sein de Crammed Discs) et, un peu plus tard, par celui du groupe d’électro-tribal anglo-ougandais Nihiloxica.

« On doit continuer à faire ce que l’on a toujours fait : sortir des disques [375 albums à ce jour], trouver des artistes qui nous motivent. C’est comme le vélo, si on s’arrête de pédaler, on tombe », philosophe le musicien et patron de Crammed Discs, Marc Hollander, joint par téléphone dans son jardin bruxellois, avec sa compagne, la chanteuse Véronique Vincent, auteure des textes de Figures.

La voilure a été sensiblement réduite depuis la grande époque du label, celle où sortait Tanto Tempo (2000), premier album vendu à un million d’exemplaires de Bebel Gilberto, fille de la chanteuse Miucha et de l’inventeur de la bossa-nova João Gilberto : « Nous étions douze personnes chez Crammed. Depuis quelques années, nous tournons à cinq, dont deux à mi-temps, plus un attaché de presse. » Soit l’économie d’un label indépendant. Fragile mais qui tient bon, « grâce aux fans qui nous suivent et respectent ce que l’on fait ».

« Un label à large spectre »

D’Aksak Maboul à Acid Arab, en passant par Minimal Compact, Tuxedomoon, Carl Craig, Dominique Dalcan, Konono n°1, Taraf de Haïdouks, Juana Molina ou Yasmine Hamdan, Crammed Discs emprunte tous les chemins. « C’est un label à large spectre, comme on dit des antibiotiques et l’ADN de Crammed, c’est Aksak Maboul », résume Marc Hollander, né à Genève de parents belges en 1950. Il a grandi à Bruxelles, « une ville où il n’y avait pas de culture musicale dominante dans les années 1960 » : « J’ai donc picoré de gauche à droite, écoutant à la fois de la pop anglaise, du psychédélique, du rock, du blues du jazz, la collection Unesco [musiques traditionnelles du monde], de la musique contemporaine, les minimalistes américains. Tout cela m’a nourri d’abord en tant que musicien, un peu autodidacte, bricolant sa petite tambouille, un truc personnel que l’on trouve dans le premier album d’Aksak Maboul, Onze danses pour combattre la migraine. »

Il vous reste 41.59% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.