Les « rêves crucifiés » de Franck Riester

Atteint du Covid-19 en mars, le ministre de la culture sort d’une séquence éprouvante. Alors que beaucoup le donnent partant en cas de remaniement, lui veut croire qu’il a passé le plus dur.

Par et Publié le 28 mai 2020 à 10h57 - Mis à jour le 28 mai 2020 à 17h09

Temps de Lecture 9 min.

Article réservé aux abonnés

Franck Riester, ministre de la culture, lors d’un entretien par vidéoconférence, le 16 avril 2020.

La petite troupe sillonne les rues du Marais, sous un soleil de plomb. Ce 14 mai, Franck Riester et trois conseillers font la tournée des galeries d’art parisiennes, pour promouvoir les dispositifs d’aide au secteur culturel, durement touché par la crise sanitaire : chômage partiel, fonds de solidarité et report de charges. Rue des Archives, le ministre de la culture s’arrête dans la galerie Anne Barrault, qui expose l’illustrateur David B., auteur de récits fantastiques. Des squelettes dansent en noir et blanc sur des planches de bande dessinée. Masqué, Franck Riester, costume sombre cintré, passe distraitement devant les dessins encadrés, aux intitulés glaçants : Le Mannequin sanglant, L’Ombre patiente, Les Rêves crucifiés.

Le ministre de la culture sort lui-même d’une séquence éprouvante, à l’image des petits personnages désarticulés, croqués par l’auteur de L’Ascension du haut mal. A la tête d’un secteur sinistré, premier à avoir fermé ses portes, dernier à les rouvrir, il doit gérer les conséquences d’un séisme sans précédent. L’annulation de tous les grands festivals d’été a été comme le coup de grâce. « Cela n’a pas été facile, dit en soupirant le député LRM (ex-LR) Thierry Solère. Il a cumulé les maux, les siens et celui du ministère. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Festivals, musées, intermittents, audiovisuel… : Franck Riester détaille les mesures en faveur du secteur culturel

Franck Riester est en effet l’un des premiers responsables politiques à avoir été diagnostiqué positif au Covid-19, dès le 9 mars. C’est dans le « cluster » de la commission des affaires culturelles, où son projet de loi audiovisuel était examiné, qu’il a été infecté. Dix jours avant le confinement, le ministre a dû annuler un rendez-vous avec le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler, et s’enfermer chez lui. Candidat pour un troisième mandat à la mairie de Coulommiers (Seine-et-Marne), il a renoncé à faire campagne. Il a appris sa réélection le 15 mars, avec près de 59 % des voix, depuis son domicile parisien.

Entre-temps, les premiers symptômes de la maladie sont arrivés, violents. La moitié de son cabinet est également touchée par cette « saloperie ». Inquiet, Franck Riester envoie un message à Emmanuel Macron : « Ce virus est affreusement contagieux et ça secoue fort ! » Aujourd’hui, le ministre confie avoir eu peur. « C’était la roulette russe. J’ai eu des amis en réanimation, certains sont décédés, ils avaient mon âge. A un moment, on se dit : pourquoi pas moi ? Pendant deux semaines, j’ai été sonné, avec 40 de fièvre. Et pas sur la balle, c’est vrai. »

Il vous reste 79.83% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.