Une invitation au voyage avec Turner au Musée Jacquemart-André

L’établissement parisien propose une anthologie du maître anglais avec dix toiles et soixante aquarelles prêtées par la Tate Britain.

Par Publié le 27 mai 2020 à 08h30 - Mis à jour le 28 mai 2020 à 05h57

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

« Scarborough » (vers 1825), de William Turner. Aquarelle et graphite sur papier.

Quand William Turner meurt à Londres en 1851, sa maison et ses ateliers sont pleins d’œuvres, plus d’une centaine de toiles et des milliers d’aquarelles et dessins. L’ensemble est légué à la nation. Ainsi en a décidé le peintre par testament dès 1831. Un cousin attaque ces dispositions en justice en essayant de le faire passer pour fou et les procès ne s’achèvent qu’en 1856. Jusqu’à l’ouverture de la Tate Gallery en 1897, les œuvres sont réparties entre plusieurs musées et il y en a tant que, peu avant la seconde guerre mondiale encore, sont découvertes une quarantaine de peintures restées roulées jusqu’alors.

De cette abondance, dix toiles et soixante aquarelles sont prêtées par la Tate au musée parisien Jacquemart-André. Ce n’est donc pas une rétrospective, mais une anthologie. Elle est conçue à partir d’une constatation : Turner est un voyageur.

Dans les années 1790, il parcourt Angleterre, Ecosse et Pays de Galles, faute de passer la Manche pour cause de guerres. En 1802, grâce à la brève paix d’Amiens, il atteint Paris et pousse jusqu’aux Alpes. Il ne peut plus y revenir ensuite qu’après Waterloo. Mais, de 1815 jusqu’à ce que sa santé décline, il alterne les itinéraires dans son pays, en France, en Italie, en Suisse ou aux Pays-Bas. Ainsi est-il à Venise et Naples en 1819, à Rome en 1828 et à Chamonix en 1836. Ses allées et venues le long de la Seine et de la Loire sont annuelles tout au long de la décennie 1830. L’exposition suit l’ordre chronologique de ses pérégrinations.

Voir la sélection d’images : Le Musée Jacquemart-André célèbre William Turner

Sa manie n’a rien d’exceptionnel. La tradition qui veut que les jeunes gens de la bonne société anglaise fassent leur « grand tour » jusqu’en Italie s’établit au XVIIIe siècle. Les écrivains français voyageurs abondent, de Diderot en Russie à Chateaubriand en Amérique et à Jérusalem. Les peintres voyagent aussi, en Italie le plus souvent, et rapportent à Paris des vues de nature et de ruines – ainsi font Hubert Robert en 1759 et Fragonard en 1773.

Lire le récit : William Turner, ou « la mer allée avec le soleil »

Mais Turner, c’est autre chose : un voyeur obsessionnel qu’intéressent l’archéologie, l’histoire, la géologie, la météorologie, la topographie, les métiers – tout, en fait.

Parce que ses observations sur les phénomènes atmosphériques l’ont entraîné jusqu’à la dissolution des formes dans des brouillards et des tourbillons colorés, il est souvent présenté comme l’annonciateur de l’abstraction gestuelle de la seconde moitié du XXe siècle. Or, d’une part, l’effacement des détails et des volumes dans la lumière est une sensation visuelle réelle : un certain état du monde et non sa disparition. Et, de l’autre, si Turner n’hésite pas à aller jusqu’à ce stade de la perception, il n’hésite pas plus à découper et préciser les formes, quand la situation le demande.

Il vous reste 57.04% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.