« Ad Astra », sur Canal+ : un voyage vers le père orchestré par James Gray

Le cinéaste délaisse le film noir pour mettre en scène un « space opera » méditatif, porté par Brad Pitt.

Par Publié le 22 mai 2020 à 19h00

Temps de Lecture 1 min.

Brad Pitt  dans « Ad Astra », de James Gray.
Brad Pitt  dans « Ad Astra », de James Gray. DISNEY

CANAL+ - VENDREDI 22 MAI À 21 H 05 - FILM

On fut étonné en apprenant que James Gray – styliste néo-classique fiévreux, auteur de films noirs palpitants, propagateur de tragédie grecque dans le septième art – s’était lancé dans la réalisation d’un « space opera ».

Lire le reportage : James Gray, le fantasme de l’opéra, avec « Les Noces de Figaro »

On sait combien la catégorie du film spatial est souple. Elle conjoint la pure fantaisie et l’adaptation au milieu interstellaire de genres dûment répertoriés (la guerre pour Star Wars, l’horreur pour Alien) à des chefs-d’œuvre méditatifs de haute volée tels 2001 : l’Odyssée de l’espace (1968), de Stanley Kubrick, ou Solaris (1972), d’Andreï Tarkovski.

Lire le récit : A la Mostra de Venise, Noah Baumbach et James Gray en vedettes américaines

C’est manifestement à ces derniers que Gray ambitionne de raccrocher la fusée Ad Astra, film produit et interprété, autrement dit rendu possible, par Brad Pitt. L’acteur y interprète, dans un futur qui se veut proche, Roy McBride, astronaute missionné dans le plus grand secret pour voyager jusqu’à Neptune et y découvrir la cause de l’émission d’ondes électromagnétiques surpuissantes qui mettent en danger la vie sur Terre.

Une odyssée œdipienne

La principale raison de ce choix tient à l’hypothèse émise par l’état-major que le propre père de Roy pourrait avoir un lien avec ce phénomène. Lui-même astronaute réputé, Clifford McBride (Tommy Lee Jones) était pourtant tenu pour mort depuis trente ans, après qu’il avait disparu aux alentours de Neptune lors d’une mission de reconnaissance à la recherche de formes de vie intelligentes aux confins du système solaire. Mais la réception d’un récent message de Clifford a changé la donne.

Le film saisira le spectateur d’une émotion conceptuelle, cérébrale

Cette mission devient un voyage vers le père. Une odyssée œdipienne qui fait flotter Sophocle dans le cosmos, une psychanalyse encapsulée, guidée par la voix intérieure et omniprésente du fils et par des rétro-images mentales évoquant par fragments l’inaccomplissement de sa vie intime.

Le film saisira le spectateur d’une émotion conceptuelle, cérébrale. Le sentiment d’intelligence formelle, par exemple, entre la ouate sensorielle qui enveloppe son long voyage et l’engourdissement mental d’un héros qui s’est fermé au monde et est devenu comme étranger à lui-même. Ou cette idée, paradoxale et séduisante, que la prospection du cosmos approfondit davantage le mystère de l’âme humaine que la connaissance de l’univers, qu’en un mot nous serions, sinon seuls dans l’univers, mais à nous-mêmes notre propre infini.

Lire la critique d’« Ad Astra  » (en intégralité) : Une odyssée astrale et œdipienne

Ad Astra, de James Gray. Avec Brad Pitt, Tommy Lee Jones, Ruth Negga, John Ortiz, Liv Tyler, Donald Sutherland (EU, 2019, 124 min).

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.