Sélection albums : Marianne Piketty, Sollazzo Ensemble, Monophonics, Lido Pimienta…

A écouter cette semaine : une violoniste douée pour l’itinérance (avec Le Concert idéal), des joyaux médiévaux avec la formation dirigée par la vielliste Anna Danilevskaia, l’album soul d’un groupe californien, les chansons d’une Björk colombo-canadienne…

Par , , , , , , et Publié le 30 avril 2020 à 14h07

Temps de Lecture 7 min.

Article réservé aux abonnés

Dans la plupart des cas, les albums de cette sélection peuvent être écoutés et/ou commandés (sous réserve des capacités et autorisations à délivrer) sur les sites des artistes, de leurs maisons de disques, ainsi que sur les principaux services de diffusion en streaming par abonnement (Qobuz, Deezer, Spotify…) et de vente en ligne.

  • Marianne Piketty – Le Concert idéal
    L’Heure bleue

    Œuvres d’Hildegarde de Bingen, Philippe Hersant, Dmitri Chostakovitch et Karl Amadeus Hartmann par Le Concert idéal et Marianne Piketty (violon et direction).
Pochette de l’album « L’Heure bleue », de Marianne Piketty (violon et direction) et Le Concert idéal.

Le passage de l’ombre à la lumière, l’heure bleue, figure au cœur de partitions qui ont aussi en commun la faculté de déborder des cadres. Par la puissance d’un souffle immémorial, pour les contributions d’Hildegarde de Bingen (mystique du XIIe siècle), et par la force d’un déploiement intemporel, pour Une vision d’Hildegarde, commandée à Philippe Hersant. Inspiré par des cordes qui ont du coffre (Le Concert idéal) et par une violoniste douée pour l’itinérance (Marianne Piketty), le compositeur, né en 1948, livre ici l’une de ses œuvres les plus abouties, entre lumineux hommage et trouble autoportrait. Ce dernier raccourci vaut aussi pour un Chostakovitch de 18 ans qui, dans ses Deux pièces pour octuor, entrevoit le postmodernisme avec un demi-siècle d’avance. Composé à l’automne 1939, le Concerto funèbre, de Karl Amadeus Hartmann, commence et finit dans la désolation avec, toutefois, un épisode central d’intense réaction à la douleur. Soliste à l’activité d’araignée (tissage et piqûre), Marianne Piketty y est irrésistible. Pierre Gervasoni

1 CD Evidence Classics.

  • Sollazzo Ensemble – Anna Danilevskaia
    Firenze 1350

    Œuvres de Landini, Andrea, Donato, Giovanni, Lorenzo et Paolo da Firenze, Bartolino da Padova, Vicenzo da Rimini et anonymes du Manuscrit de Messine. Perrine Devillers et Yukie Sato (soprano), Andrew Hallock (contre-ténor), Vivien Simon (ténor), Sollazzo Ensemble, Anna Danilevskaia (vielle et direction).
Pochette de l’album « Firenze 1350 », du Sollazzo Ensemble, Anna Danilevskaia (vielle et direction).

Fondé à Bâle en 2014 par la vielliste Anna Danilevskaia, le Sollazzo Ensemble s’est taillé en quelques années une réputation méritée dans le répertoire charnière qui relie le Moyen Age à la Renaissance italienne. Leur troisième album, édité par le label du Centre culturel de rencontre d’Ambronay (Ain), dont ils sont les hôtes en résidence depuis 2018, réitère le succès des précédents. Ce « jardin médiéval » de quelque notable florentin consacré aux joies de l’humanisme recrée certains joyaux des manuscrits médiévaux, qu’il convient d’interpréter à tous les sens du terme, tant leur notation demeure en partie sibylline. Magnifique quatuor vocal (deux sopranos, un contre-ténor et un ténor), instrumentarium raffiné – vielle à archet, luth, organetto, psaltérion –, les Sollazzo réinventent en 17 pièces (14 chansons et trois « Benedicamus Domino ») l’art à la fois érudit et profondément sensitif du Trecento pour nous offrir un jardin où l’imagination poétique est reine. Marie-Aude Roux

Il vous reste 69.97% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.