« Moonrise Kingdom » : l’art de la fugue selon Wes Anderson

Le réalisateur américain narre les aventures de deux gamins tout droit sortis des romans de la « Bibliothèque verte ».

Par Publié le 10 avril 2020 à 19h30

Temps de Lecture 2 min.

Kara Hayward et Jared Gilman dans « Moonrise Kingdom » (2012), de Wes Anderson.
Kara Hayward et Jared Gilman dans « Moonrise Kingdom » (2012), de Wes Anderson. STUDIO CANAL/COURTESY OF FOCUS FEATURES

CINÉ+ CLUB - VENDREDI 10 AVRIL À 20 H 50 - FILM

Moonrise Kingdom (« Le royaume du lever de Lune ») nous invite à visiter un nouveau sanctuaire, celui d’une île cossue et préservée de la Nouvelle-Angleterre en 1965, où un rassemblement scout a planté son camp. L’histoire se noue, au petit matin, sur une note plaisamment scandaleuse : au camp Ivanhoé, un membre de la troupe a déserté le jamboree. On apprend bientôt, par un jeu subtil de retours en arrière mêlés à la trame des événements, que ce jeune garçon solitaire et déterminé se nomme Sam Shakusky et que sa fugue a quelque rapport avec sa condition d’orphelin abandonné par ses tuteurs. Non moins d’ailleurs qu’avec la rencontre de Suzy Bishop, petite rousse piquante en compagnie de laquelle il fomente depuis un an cette commune escapade.

Lire aussi : Wes Anderson, un cinéaste en uniforme

Et tandis que les deux jeunes adolescents (interprétés au petit poil par Jared Gilman et Kara Hayward) jouent le plus solennellement du monde à Davy Crockett sur la piste native des Etats-Unis d’Amérique, le spectateur est invité à faire connaissance avec la troupe bigarrée qui s’élance à leur poursuite. Le capitaine de ­police Sharp, célibataire endurci au grand cœur (Bruce Willis) ; les parents de Suzy, couple d’avocats gravé dans le bois de la bourgeoisie locale, avec le mari en mélomane fatigué (Bill Murray) et la femme (Frances McDormand) qui distrait son ennui par une liaison clandestine, mais non moins monotone, avec le capitaine Sharp ; « Mme Services sociaux », dan­gereuse pimbêche le doigt sur la couture de l’uniforme (Tilda ­Swinton) ; et puis la meute des scouts, dirigée par quelques figures ­hautes en couleur.

Fétichisme vintage

Tout cela renvoie aux délices revisitées de la « Bibliothèque verte » et du roman d’aventures. A cela près que l’aventure selon Wes Anderson est passablement domestiquée par la mise au cordeau esthétique et le fétichisme vintage. Le plan-séquence panoptique de l’ouverture du film dans la maison des Bishop, tout en travellings et en panoramiques filés, annonce ainsi la virtuosité d’un film qui ne semble pouvoir affronter la cruauté du monde qu’à condition de le réduire à l’état de maquette.

L’exaltation maniériste de cet esprit d’enfance a cela de particulier qu’elle ne célèbre plus la jeunesse et la sauvagerie de l’Amérique, mais témoigne au contraire de l’inquiétude de son déclin, dès lors que les adultes s’y comportent comme des gamins, et les enfants comme des petits vieux.

Moonrise Kingdom, de Wes Anderson. Avec Kara Hayward, Jared Gilman (EU, 2012, 90 min).

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.