La musique classique adoucit les mœurs… confinées

Depuis le début du confinement, certains musiciens comme Renaud Capuçon et Sonia Wieder-Atherton sont présents sur la Toile tous les jours, tandis que les orchestres se retrouvent à distance dans des vidéos en mosaïque.

Par Publié le 10 avril 2020 à 23h40 - Mis à jour le 11 avril 2020 à 05h21

Temps de Lecture 6 min.

Article réservé aux abonnés

Capture d’écran d’une vidéo des musiciens de l’Orchestre national de France, chacun depuis leur domicile, le 31 mars.

Certains ont commencé dès le premier jour du confinement. Pull gris, noir ou marine, polo crème ou bleu, veste blanche en laine à gros boutons, debout devant les bambous de son jardin ou plus souvent devant le grand piano à queue noir de son salon de musique, le violoniste Renaud Capuçon est à pied d’œuvre sur Facebook depuis dimanche 15 mars.

« Day 1 » avec une Mélodie, de Dvorak ; « Day 2 » avec la Méditation de Thaïs, de Massenet ; « Day 6 » avec le dernier mouvement du Concerto pour violon, de Mendelssohn ; « Day 8 » avec la virtuose Ronde des lutins de Bazzini, pour laquelle le musicien, qui ne l’avait pas jouée depuis dix-sept ans, a dû retravailler « les pizzicatos de la main gauche » au risque de se faire « saigner deux doigts ».

Renaud Capuçon ne fait pas les choses à moitié. Mercredi 8 avril, « Day 24 », il poste le Prélude de Fritz Kreisler, accompagné par son complice Guillaume Bellom : le premier « enregistre la partie de piano et on travaille tous les deux par Skype », précise le musicien, qui utilise aussi l’application NomadPlay, dont il s’est fait le champion, pour les pièces avec orchestre, comme ce « Printemps » des Quatre saisons, de Vivaldi, choisi jeudi 26 mars, « Day 11 », en compagnie des Lausanne Soloists, l’orchestre de chambre qu’il a créé en 2018 et dirige désormais. « Ces mini-concerts sont de véritables rendez-vous dans la vraie vie, argue-t-il. Je choisis ma tenue. Et je joue sans filet, avec l’adrénaline, en deux prises et sans montage. »

Lire la critique : Renaud Capuçon, artiste multipiste

Depuis le 4 avril, le violoniste, également directeur du Festival de Pâques d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), devrait être à ses fourneaux aixois. Il a fait le décompte : jusqu’au dimanche 19 avril, pas moins de vingt et un concerts annulés. Impossible cependant pour le Français et son violon, appelé le « Vicomte de Panette », un Guarneri del Gesu de 1737 ayant appartenu au grand Isaac Stern, de disparaître des radars.

« J’étais angoissé, je tournais en rond, confie le musicien. L’idée de continuer à jouer pour les autres m’est venue tout naturellement. J’enregistre le matin, je mets en ligne le soir. Je reste ainsi connecté à un public imaginaire mais bien présent. Et puis, cela comble mon désir de programmation. En ces temps de confinement, la musique, fondée sur l’évasion et le partage, est plus que jamais une valeur indispensable. »

Un festival de vignettes vidéo

Il vous reste 71.26% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.