Laurent Bayle : « Le combat à venir sera de maintenir ce qui existe déjà à la Philharmonie »

En cinq ans, le directeur général du complexe musical de La Villette, à Paris, en a fait une marque qui s’exporte.

Propos recueillis par Publié le 06 avril 2020 à 10h00

Temps de Lecture 7 min.

Article réservé aux abonnés

Laurent Bayle devant le bâtiment de la Philharmonie, à Paris, le 18 septembre 2018.
Laurent Bayle devant le bâtiment de la Philharmonie, à Paris, le 18 septembre 2018. WILLIAM BEAUCARDET

Nulle discordance dans le concert de louanges qui a accueilli le cinquième anniversaire de la Philharmonie de Paris, inaugurée en janvier 2015. Même les opposants au projet reconnaissent la réussite du modèle et l’exemplarité de sa mise en œuvre sous la houlette de son directeur général, Laurent Bayle, lequel, en un quinquennat, a fait du complexe musical de La Villette une marque mondiale. En accueillant à Paris artistes et orchestres internationaux, mais aussi en développant sur le territoire les orchestres d’enfants Démos (dispositif d’éducation musicale et orchestrale à vocation sociale) et en intégrant à la structure l’Orchestre de Paris, qui n’y était jusqu’alors que le premier des résidents. Entretien avec un homme plus que jamais en quête du futur.

Comme toutes les institutions culturelles, la Philharmonie a dû fermer ses portes à cause de la pandémie liée au coronavirus. Quelles en seront, selon vous, les conséquences ?

Il y aura un avant et un après coronavirus. Pour nous, comme pour l’ensemble du secteur culturel, l’épreuve est violente car, par nature, nos activités dépendent d’interactions humaines, qu’il s’agisse des artistes qui circulent d’un pays à l’autre ou des publics pour lesquels l’échange est une valeur centrale. Nous sommes donc particulièrement exposés et ne serons certainement pas les premiers à ouvrir nos espaces lorsque le confinement prendra fin. Cette crise risque donc de s’inscrire dans la durée. Le risque de perte de chiffres d’affaire dépasse d’ores et déjà les 15 millions d’euros pour la Philharmonie.

Quelles solutions mettez-vous en place pour faire face à la situation ?

L’heure appelle des approches solidaires. Pour les personnels, permanents ou à durée déterminée, mais aussi pour les artistes et techniciens intermittents, très fragilisés, il est de notre devoir de tout mettre en œuvre pour assurer le maintien de leurs revenus. Il faut également envisager des modes d’indemnisation partielle pour les solistes ou chefs qui ont vu du jour au lendemain des mois d’activité disparaître. Dans un même temps, la Philharmonie doit explorer des voies rationnelles de sortie de crise budgétaire.

Depuis cinq ans, vous avez maintenu le cap de la Philharmonie et l’avenir vous a donné raison. Vous n’avez jamais douté ?

Malgré les nombreuses et violentes polémiques, je n’ai jamais eu d’interrogations profondes sur la question du modèle, lequel a pourtant été très attaqué, que ce soit au sujet des dérives supposées des coûts liés à la construction ou de l’hérésie que constituait le fait d’installer un grand auditorium dans un environnement populaire et périphérique, en rupture avec les usages du XIXe siècle, qui a vu opéras et salles de concerts fleurir au cœur des villes et dans les quartiers aisés.

Il vous reste 71.06% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.