Sélection albums : Les Talens lyriques, Barbara Hannigan, Claudia Solal, Tom Poisson, PartyNextDoor et Sibusile Xaba

A écouter cette semaine : de la musique sacrée, une célébration de la Passion, de la poésie jazz pour les amoureux des nuages, un chanteur folk qui se promène sur la musicalité des mots, un rappeur qui a tout d’un grand et un blues incantatoire et hypnotique venu d’Afrique du Sud.

Par , , , , et Publié le 03 avril 2020 à 19h00

Temps de Lecture 6 min.

Article réservé aux abonnés

Dans la plupart des cas, les albums de cette sélection peuvent être écoutés et/ou commandés (sous réserve des capacités et autorisations à délivrer) sur les sites des artistes, de leur maison de disques, ainsi que sur les principaux services de diffusion en streaming par abonnement (Qobuz, Deezer, Spotify…) et de vente en ligne.

GIOVANNI BATTISTA PERGOLESI
Stabat Mater

Beatus Vir de Leonardo Leo, Salve Regina de Nicola Porpora. Avec Sandrine Piau, Christopher Lowrey, Les Talens lyriques, Christophe Rousset (direction).

Pochette de l’album « Stabat Mater », de Pergolèse, par Sandrine Piau, Christopher Lowrey, Les Talens lyriques, sous la direction de Christophe Rousset.
Pochette de l’album « Stabat Mater », de Pergolèse, par Sandrine Piau, Christopher Lowrey, Les Talens lyriques, sous la direction de Christophe Rousset. ALPHA CLASSICS/OUTHERE MUSIC

Considéré comme l’une des musiques sacrées les plus puissamment expressives, ce sommet du répertoire qu’est le Stabat Mater de Pergolèse a parfois essuyé les reproches d’une théâtralité par trop profane. Ce ne sera pas le cas de la version brûlante proposée par Sandrine Piau, Christopher Lowrey et Christophe Rousset, à la tête de ses Talens lyriques, dont une première mouture enregistrée en 1999, avec Barbara Bonney et Andreas Scholl, souffrait précisément de maniérisme et d’inutile extraversion. Cette fois, c’est le drame de la Passion qui s’opère dans tout son réalisme brutal, entre douleur, compassion et espoir. Dès le fameux duo initial, le ton est donné : justesse des intentions, perfection des voix magnifiquement accordées, ce Stabat Mater de soleil noir marie évidence charnelle et élévation de l’âme. En subtile tragédienne, la soprano habille de noir et de pourpre chaque mot, variant les teintes à l’infini, un art que partage le souffle chaud de Christopher Lowrey, entre incarnation et dépouillement, soutenu par la direction inspirée et rigoureuse de Christophe Rousset, grand ordonnateur des sept douleurs de la Vierge. Les pièces complémentaires permettront à Sandrine Piau de conquérir le ciel du Salve Regina de Porpora, tandis que l’alto du contre-ténor américain convole avec le Beatus vir de Leo. Marie-Aude Roux

1 CD Alpha Classics/Outhere Music.

BARBARA HANNIGAN
La Passione

Œuvres de Luigi Nono, Joseph Haydn et Gérard Grisey. Ludwig Orchestra et Barbara Hannigan (soprano, direction).

Pochette de l’album « La Passione », de Barbara Hannigan et le Ludwig Orchestra.
Pochette de l’album « La Passione », de Barbara Hannigan et le Ludwig Orchestra. ALPHA CLASSICS/OUTHERE MUSIC

Barbara Hannigan avait annoncé la couleur par le titre de son premier album pour Alpha Classics, Crazy Girl Crazy. La soprano canadienne confirme ici sa volonté de tenter des paris un peu fous. Il faut pas mal d’audace pour faire de la Passion (au sens mystique) le thème commun (et non déclaré) de trois œuvres que tout oppose. Volet central des Canti di vita e d’amore soulignant, en 1962, l’engagement politique de Luigi Nono, Djamila Boupacha (1962) est un solo a cappella qui touche à l’absolu vocal. L’agilité extraordinaire de la chanteuse et le soin qu’elle porte à la moindre note apparentent cette page à une sanctification de la douleur. Nettement moins convaincante est l’idée qui consiste, dans la Symphonie n° 49 de Haydn, à faire sortir un clavecin de l’ombre comme un fantôme de l’époque baroque errant sur une scène préromantique. L’unité orchestrale en pâtit cruellement. L’évocation des esprits est, en revanche, de mise avec les Quatre chants pour franchir le seuil, de Gérard Grisey, créés, en 1999, quelques mois après la mort du compositeur. Entre hébétude onirique et transe hallucinatoire, Barbara Hannigan restitue leur parcours à la perfection. Pierre Gervasoni

Il vous reste 59.64% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.