Confinement : chorégraphes attendent danseurs, désespérément

Pendant l’arrêt des spectacles, les créateurs tentent de continuer leur travail, à distance et sans le recours au corps de leurs interprètes.

Par Publié le 30 mars 2020 à 11h00

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

Le chorégraphe José Montalvo, en septembre 2016, à la Maison des arts de Créteil.
Le chorégraphe José Montalvo, en septembre 2016, à la Maison des arts de Créteil. LIONEL BONAVENTURE/AFP

« J’ai d’abord vécu l’arrêt brutal des répétitions avec une profonde tristesse. Nous étions dans un moment d’effervescence, d’extrême concentration à cinq semaines de la création. Les danseurs étaient au mieux de leur forme physique, sensible, imaginative… » Le chorégraphe José Montalvo, confiné à Créteil où il dirige la Maison des arts, se souvient du vendredi 13 mars. Il a fermé le studio et fait une réunion improvisée avec les seize interprètes de son futur spectacle Gloria, prévu à partir du 24 avril au Théâtre national de Chaillot, à Paris. « Il a fallu apaiser leurs désillusions, leurs déceptions », ajoute-t-il.

Nombreux sont les chorégraphes en cours d’élaboration d’une nouvelle pièce qui ont dû plier bagage. Parallèlement à la gestion des contrats et de l’intermittence, celle des tournées annulées qui vont impacter la diffusion de la saison 2020-2021, se replier chez soi est une autre épreuve. « J’ai de la chance d’une certaine façon, s’exclame Emanuel Gat. Je venais de terminer une deuxième période de répétitions de Lovetrain2020, qui doit ouvrir le 20 juin le festival Montpellier Danse. La prochaine session devrait démarrer mi-mai. On verra bien. »

Invité pour la première fois à l’Opéra national de Paris, Alan Lucien Oyen est de retour à Bergen, en Norvège. Après cinq semaines de répétitions, il a mis entre parenthèses sa création pour une trentaine d’interprètes, attendue du 11 avril au 11 mai, au Palais Garnier. « J’ai vu les danseurs pour la dernière fois jeudi 12 mars sans savoir que je ne les reverrai plus, se souvient-il. Je me sens actuellement comme “gelé”. Mon travail se fait d’abord avec eux dans le studio dans un lien journalier et progresse au fil du temps. Créer ensemble est un processus très intime qui demande beaucoup de confiance. Continuer sans eux en ce moment, sans cette relation quotidienne, me semble presque une trahison. » En attendant de reprendre les répétitions de cette production dont le report n’est pas encore annoncé, Alan Lucien Oyen a envoyé une lettre à la troupe pour évoquer la situation.

« Rendre l’attente féconde »

Si les danseurs peuvent peu ou prou conserver leur forme physique chez eux, les chorégraphes se retrouvent dépourvus sans interprètes. Concevoir une pièce de danse contemporaine se tisse au plus près des corps, de leurs techniques, de leur imaginaire, se surfilant à la peau même de chacun. « Je prépare beaucoup à la table comme on dit mais je ne deviens véritablement chorégraphe que lorsque je suis en studio avec les danseurs, en prise avec leur caractère et leur singularité, affirme Thomas Lebrun, directeur du Centre chorégraphique national de Tours. Cloîtré et seul, je ne sais pas trop comment je vais avancer… »

Il vous reste 60.25% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.