Albert Uderzo, père d’Astérix et Obélix mort à 92 ans, raconté en huit planches cultes

Le dessinateur de bande dessinée est mort mardi, à l’âge de 92 ans, d’une crise cardiaque. Retour en quelques extraits sur l’évolution de sa série fétiche.

Par Publié le 24 mars 2020 à 17h22 - Mis à jour le 24 mars 2020 à 17h43

Temps de Lecture 4 min.

Relire l’article

Bienvenue dans l’espace de réactions

Pour améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

Les contributions (17)

Skeksis 28/03/2020 - 11h53

Très bon article et très bon choix de planches. La scène de la réconciliation dans Le Bouclier Arverne m'avait beaucoup plu mais sans savoir pourquoi, en l'analysant en détails c'est effectivement une merveille qui emprunte certes au cinéma mais tire également parti au mieux du support BD. Superbe.

Kami 25/03/2020 - 12h17

Dans Asterix en Corse, il y a aussi une magnifique planche avec l'invasion des colonnes des revoltés corses sur la ville du prefet romain en clin d'oeil à Napoléon. Splendide

Nicolas de Nantes 25/03/2020 - 11h51

Article intéressant qui permet de voir à quel point la bande dessinée est un Art.
Uderzo en était l'un de ses plus digne représentant.
J'espère que le souvenir de cette artiste perdurera. Son œuvre largement diffusée devrait y contribuer.
RIP !

Kent 25/03/2020 - 11h45

Persiste et signe: au vu de ces planches, aperçues il y a longtemps et ayant refermé le seul livre ouvert d'Uderzo (j'ai oublié lequel), il ne fait aucun doute, mais aucun, que la BD n'est pas le huitième art (contrairement à l'enthousiasme de J Lang) . Un petit divertissement. C'est en gros ce que représente Delly ou Max du Veuzit à la littérature. Dans les mangas japonais, il y a mille trouvailles qui écrasent, et de loin de pathétique trait de dessin.

Yves-Jean 25/03/2020 - 17h49

Kent, si vous n'aimez pas la BD, passez votre chemin et surtout gardez pour vous ces commentaires creux, totalement déplacés au moment où on rend hommage à une personne disparue et à son talent.

Kent 25/03/2020 - 14h42

VinceLD Brutus, on ne va pas en rester là. Il existe, tout de même de grands artistes dans ce monde là : Philippe Druillet, Enki Bilal ; Michel Crespin, (les derniers) ou Tardi, au trait dur et épais, la colle quoi, mais épuré, un trait de concierge lisant Céline et beaucoup d'autres; l'image chez eux est tableau. véritables. peinture, couleur, dessin d'une complexité infinie, on peut à peine poursuivre, sauterde l'une à l'autre...c'est un signe (car le scénario en BD, trop souvent pauvre, pour ne pas dire inutile. Ce n'est qu'un prétexte pour les meilleurs, l'histoire). l'histoire c'est la capsule de bière, la bouteille et son contenu, l'image voilà leur ivresse. Après, il en existe d'autres, juste à côté, dessinateurs purs, mais cousins (Dubout, admiré par Cabu Wolinski, Charb) Sempé, le grand Sempé, une histoire sans paroles ou si peu, une économie de traits, une plume qui se fatigue, qui dit, qui rit, qui ricane en tendresse. Que du tendre quoi. Mais Brétecher ou votre ami, non

Kent 25/03/2020 - 12h59

Brutus et VinceLD: merci à tous deux. Sublimes...du tonneau de...non je m'arrête. N'ai-je pas le droit d'écrire que le dessin dUderzo est médiocre. Oui très très médiocre.; C'est un avis. le vôtre vous appartient. Grand malheur est sur les chemins..La Bd c'est gaudriole, un passe temps, comme le jeu de boules. Point

Brutus 25/03/2020 - 12h06

Merci pour votre commentaire d'une abyssale vacuité.

VinceLD 25/03/2020 - 12h02

Et voilà l'insulte facile qui ne comprend pas qu'elle ne parle pas de la même chose. Évitez, s'il vous plaît et passez votre chemin à l'avenir.

Jean-Pierre Bernajuzan 25/03/2020 - 09h16

Je me joins à l'hommage.
Mais on oublie que Uderzo et Goscinny était des immigrés ou enfants d'immigrés, et la BD Astérix est un regard extérieur sur la société française : on trouve ça très drôle, ils décrivent pourtant les défauts de notre rapport aux autres. Et aussi de notre "roman national" : Nos ancêtres les Gaulois !

Mais il ne s'agit pas seulement de la France, Astérix est apprécié partout dans le monde, les défauts français sont en fait universel. Tous nos préjugés sont moqués, s'ils étaient tous les deux encore vivants, je me demande ce qu'ils feraient de notre islamophobie envahissante ??

Alain-Michel Seux 25/03/2020 - 09h41

Uderzo, justement, refusait que l'on face référence à ses origines italienne. Donc oui, pour son cas à lui, l'oubli est normal car c'est précisément ce que voulait le premier concerné.

F. Landy 25/03/2020 - 06h54

très bon article, mais malheureusement limité à Asterix. Pour ne parler que des Tanguy & Laverdure, j'en ai relu récemment, ce sont vraiment de petits chefs d'oeuvre. Evidemment, idéologiquement c'est assez effroyable (...), mais en termes artistiques la souplesse du dessin d'Uderzo (dans un domaine radicalement d'Asterix!) combinée avec la rigueur du scénario de Charlier fait merveille.

El Martino 25/03/2020 - 10h59

Tanguy et Laverdure, "idéologiquement [...] assez effroyable ?" Sérieusement ? Vous pouvez développer ?

Bastien Harcourt 25/03/2020 - 04h35

Ces petits bouts d’enfance, aussi uniques qu’universels, qui nous quittent un à un.... Merci Monsieur Uderzo. Astérix bien sûr, mais Tanguy et Laverdure aussi.

Christian31 25/03/2020 - 00h05

Je crois que le premier gag du premier album était l'illustration de la scène ou Vercingetorix "dépose" ses armes aux pieds de Jules César... En fait il les dépose tellement bien que dans l'image suivante Jules César se tient un pied écrabouillé.

Dantzen2 24/03/2020 - 23h33

Avec quelle impatience j'attendais le journal Pilote dans lequel chaque semaine une nouvelle planche d'Astérix était publié. Albert est parti dans son sommeil victime comme René d'une crise cardiaque et non du Coronavirus qui était la vedette de l'album de 2017. Le test d'effort cardiaque dont fut victime m'avait à l'époque scandalisé. il y a une question que j'aurais bien aimé poser à Uderzo et encore plus à Goscinny : qui était réellement Astérix, héros d'un village sans nom, assiégé par un géant de l'Histoire, Rome? Jamais un empereur romain, à l'instar de Titus, en 81, n'aura écrit sur son arc de triomphe : Astérix capta est. Merci l'italien. Merci Uderzo pour ces jeudi magiques et ton génial dessin. "Cast a cold Eye, on Life, on Death, Horseman pass by".

Rototo 24/03/2020 - 21h57

J’étais justement en train de relire les Astérix et ça n’a pas vieilli. De bons moments de rigolade. Merci Uderzo !

Guerrita 24/03/2020 - 20h47

Ah ben j'aurai appris que le préfet de la Serpe d'Or était repris de Laughton. Effectivement, une fois qu'on le sait. C'est recherché ça quand même... Sacrément fortiche le père Uderzo.

PKCN 24/03/2020 - 20h21

Bravo pour cet excellent article (le meilleur de toute la presse, le choix des planches est pertinent ainsi que leur analyse) qui illustre parfaitement le travail d'Uderzo, trop longtemps resté dans l'ombre de Goscinny.

Noleb 24/03/2020 - 19h26

J'ai également en mémoire plusieurs planches d'Astérix chez les Belges (un des tous meilleurs de la série) notamment une inspirée des peintres flamands. Un grand dessinateur s'est allé (mais je suis d'accord avec Uderzo, Franquin est mon préféré)

F. P. 24/03/2020 - 18h40

Albums tous lus dans une lointaine enfance, rarement relus, et pourtant, leur souvenir demeure, émerveillé.

In varietate concordia 24/03/2020 - 18h11

La dernière page se tourne. Je relisais justement un album d'Astérix hier, confinement oblige. Toujours aussi génial. J'imagine les deux copains se boire une cervoise et partager leurs souvenirs, « là-bas ».

Avant de contribuer

Bienvenue dans l’espace de discussion que Le Monde met à disposition de ses abonnés. Nous souhaitons y développer un débat ouvert et respectueux. C’est pourquoi :

  • Les contributions doivent respecter les limites de la liberté d’expression (pas de diffamation, pas d’injure, pas de propos discriminatoires…)
  • Toute contribution que Le Monde estime contraire à la bonne tenue du débat ne sera pas publiée.

Sachez que les propos que vous y tenez peuvent vous engager juridiquement. Pour en savoir plus sur les règles de l’espace de contributions du Monde, cliquez ici.

Pour contribuer à la discussion, vous devez être abonné.

Rejoignez une communauté de 400 000 abonnés pour explorer, analyser et débattre.

Abonnez-vous à partir de 1 €

Accédez à tous les contenus du Monde en illimité.

Faites avancer le débat en partageant votre point de vue.

Consultez le journal en version numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13 heures.

Services