Sélection albums : des œuvres de Brahms et Schumann, Stéphane Degout et Simon Lepper, Hey Hey My My, Tigana Santana et Caribou

A écouter cette semaine : Fanny Robilliard au violon et Paloma Kouider au piano ; un enregistrement consacré au romantisme allemand ; un duo indie-folk parisien ; une voix solaire et aérienne du Brésil ; l’inventive épure du Canadien Dan Snaith.

Par , , , et Publié le 20 mars 2020 à 17h06 - Mis à jour le 30 mars 2020 à 10h00

Temps de Lecture 4 min.

Dans la plupart des cas, les albums de cette sélection peuvent être écoutés et/ou commandés (sous réserve des capacités et autorisations à délivrer) sur les sites des artistes, de leur maison de disques, ainsi que sur les principaux services de diffusion en streaming par abonnement (Qobuz, Deezer, Spotify…) et de vente en ligne.

  • Brahms-Schumann
    Œuvres de Robert Schumann, Clara Schumann, Albert Dietrich et Johannes Brahms. Fanny Robilliard (violon), Paloma Kouider (piano).
Pochette de l’album « Brahms-Schumann », par Fanny Robilliard (violon) et Paloma Kouider (piano).
Pochette de l’album « Brahms-Schumann », par Fanny Robilliard (violon) et Paloma Kouider (piano). EVIDENCE CLASSICS/PIAS

Tout en savants entrelacs, ce programme (re)place judicieusement Clara Schumann au centre de relations musicales qui ne tiennent pas qu’au rayonnement stellaire de son mari. Si Robert Schumann fournit la boussole stylistique de l’ensemble – la référence dont chacun se rapproche ou s’éloigne selon son tempérament ou son âge –, Clara Schumann transcende la notion de duo pour en faire une sorte de couple égalitaire des instruments. Intercalées entre les productions des autres compositeurs réunis ici, ses Romances fascinent par le rééquilibrage permanent de la dualité. Il n’en va pas ainsi pour Albert Dietrich (premier mouvement de la Sonate F. A. E.), qui, en bon élève, fait du Robert Schumann plus vrai que nature dans la veine exaltée. A l’effervescence parfois irrationnelle du maître admiré (1re sonate, op. 105) succèdent les délicates effusions de sa femme (Trois romances) avant que la passion ne connaisse une dérivation au long cours avec Johannes Brahms (2e sonate, op. 100). L’interprétation est partout édifiante. Plutôt qu’un archet, Fanny Robilliard donne l’impression d’avoir en main le pinceau ou la brosse d’un peintre, selon les horizons, tandis que Paloma Kouider alterne modelage et sculpture de la matière pianistique. Pierre Gervasoni

1 CD Evidence Classics/PIAS.

  • Stéphane Degout et Simon Lepper
    Epic

Lieder & Balladen. Schubert, Loewe, Schumann, Brahms, Liszt, Wolf. Stéphane Degout (baryton), Simon Lepper (piano).

Pochette de l’album « Epic », de Stéphane Degout (baryton), Simon Lepper (piano).
Pochette de l’album « Epic », de Stéphane Degout (baryton), Simon Lepper (piano). HARMONIA MUNDI/PIAS

Le nouvel enregistrement de Stéphane Degout, consacré cette fois au romantisme allemand, confirme, après Enfers et les saisissantes hallucinations baroques de Gluck et Rameau, son goût et son talent pour le paroxystique, le fantastique, l’hyperbole. C’est en grand maître du récit que le baryton aborde en effet ce répertoire où chaque syllabe, chaque inflexion, chaque sonorité, revêt une importance cruciale. Impossible de déceler la moindre faille dans une prosodie d’une perfection toute germanique, de pointer la moindre approximation dramaturgique tant l’art du Français porte à son zénith. De l’intensité dramatique poussée à son extrême, à la douceur la plus effrayante, le timbre de soleil noir du chanteur convoque des vertiges d’angoisse qui s’insinuent puis s’incrustent violemment, tels des ongles dans la chair. Du très grand art, auquel se mêle le piano frère de lait de Simon Lepper, le sombre mezzo de Marielou Jacquard dans Die Nonne und der Ritter (« La Religieuse et le chevalier »), ou le soprano tragique de dame Felicity Palmer dans la ballade en duo Edward, Brahms encore. Le récital se clôt avec les élégiaques Trois sonnets de Pétrarque, de Liszt, apportant à l’auditeur un relatif apaisement salvateur. Marie-Aude Roux

1 CD Harmonia Mundi/PIAS.

  • Hey Hey My My
    British Hawaii
Pochette de l’album « British Hawaii » de Hey Hey My My.
Pochette de l’album « British Hawaii » de Hey Hey My My. Vietnam

Réactivé après un hiatus de dix ans, le duo indie-folk parisien Hey Hey My My (inspiré d’une chanson de Neil Young) revendique depuis ses débuts son amour exclusif pour la pop anglo-saxonne. Et ce n’est pas Vol au vent, titre trompeur d’une des chansons de leur troisième album, entièrement chanté en anglais, qui va changer la donne. Car le binôme formé par Julien Gaulier et Julien Garnier détient sans conteste une alchimie rare, un sens du refrain à la fois redoutable et espiègle, distingué dès leur attachant premier album (2007) au charme folk pastoral, puis avec l’émancipation électrique de A Sudden Change of Mood (2010), British Hawaii combinant judicieusement les ambiances de ses deux prédécesseurs. Notamment sur Saturday, dans la veine de Nada Surf, All Alone, splendide envolée country morriconienne, ou le solaire Egija, mâtinées d’arpèges boisés tout droit importés de la Côte ouest américaine des années 1960. Franck Colombani

1 CD Vietnam/Because Music.

  • Tigana Santana
    Vida-Codigo
Pochette de l’album « Vida-Código », de Tigana Santana.
Pochette de l’album « Vida-Código », de Tigana Santana. AJABU!HELICO/ L’AUTRE DISTRIBUTION

Solaire, aérien, d’une douceur captivante, le chant de Tigana Santana grise et envoûte. Il emmène dans un monde parallèle, à l’écart de celui d’aujourd’hui. La voix, les univers de ce chanteur brésilien né à Salvador, ont la couleur, la saveur et les vertus rassurantes des berceuses. Auteur-compositeur, chercheur (il étudie les langues, les pensées et philosophies africaines), Tigana Santana chante essentiellement en portugais, mais également en kikongo (langue bantou), espagnol et français, une poésie mélancolique et murmurante. Accompagné de musiciens au toucher délicat (Aline Falcao à l’accordéon et aux claviers, Leonardo Mendes à la guitare, Ldson Galter à la basse, Sebastian Notini aux percussions), il invite aussi, dans ce quatrième album, sa mère, Arany Santana, cofondatrice d’Ilê Aiyê, premier groupe carnavalesque afro-brésilien créé au Brésil à la fin des années 1970. Ils reprennent dans une version minimaliste (quasi a cappella) la samba Ilê, Se eu nao gostasse de você. Patrick Labesse

1 CD Ajabu !-Hélco/L’autre Distribution

  • Caribou
    Suddenly
Pochette de l’album « Suddenly », de Caribou.
Pochette de l’album « Suddenly », de Caribou. CITY SLANG

Mathématicien converti aux communions rythmiques de la house et de la techno, le Canadien Dan Snaith n’a cessé, sous le nom de Caribou, d’habiter sa robotique de sensualité intime. Cinq ans après le très réussi Our Love, c’est plus que jamais le cas dans ce cinquième album où ses talents de songwriter s’épanouissent d’autant mieux qu’ils sont portés par une voix omniprésente. Fragile, sensible, jamais dopé par la technologie, ce chant humanise délicatement l’éclectisme des expériences proposées. Qu’il s’agisse du groove deep house de Lime ou de l’accrocheur Never Come Back, du dialogue electro soul de Home, échantillonnant magnifiquement un vieux titre de Gloria Barnes, ou de ballades aériennes au piano perturbé (Sunny’s Time) et aux synthétiseurs pointillistes (Like I Loved You). Dans ce dernier registre, la qualité de mélodiste et l’inventive épure de Snaith concluent en apothéose avec un Cloud Song digne du Brian Eno de Before and After Science (1977). Stéphane Davet

1 CD City Slang. Retrouvez nos réductions Boulanger dans l’Univers TV/Hifi.

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.