Une saison 2020-2021 en forme de cure d’amaigrissement pour l’Opéra de Paris

Victime du déficit creusé par les annulations, la direction maintient le « Ring » wagnérien, tandis que le ballet navigue entre surprises et reprises.

Par et Publié le 05 mars 2020 à 21h02 - Mis à jour le 06 mars 2020 à 18h34

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Stéphane Lissner, le 20 septembre 2019, à l’Opéra Garnier à Paris.
Stéphane Lissner, le 20 septembre 2019, à l’Opéra Garnier à Paris. STEPHANE DE SAKUTIN/AFP

« Pour des raisons économiques, l’Opéra national de Paris a été amené à modifier sa programmation 2020-2021 (…) en retirant les nouvelles productions de l’opéra Jenufa, de Janacek, initialement prévu dans la mise en scène de [Krzysztof] Warlikowski, et du ballet Le Rouge et le Noir, en ajoutant une présentation du ballet Le Parc et un spectacle Jeunes Danseurs de l’Opéra. » Stéphane Lissner l’avait annoncé dès le 5 février sur les ondes de Franceinfo : la programmation subirait le contrecoup du déficit de 16 millions d’euros généré par la plus longue période de grève jamais connue dans l’histoire de la « Grande Boutique », soit 82 spectacles annulés du 5 décembre au 5 mars afin de protester contre la réforme des retraites. Pour le prochain surintendant du San Carlo de Naples, en fin de mandat parisien, une dernière saison en forme de crève-cœur, bien loin de l’apothéose attendue avec les fastes des 350 ans de l’Opéra de Paris.

Lire le récit : Stéphane Lissner nommé au Théâtre San Carlo de Naples

Pas question évidemment de toucher au Ring confié à Calixto Bieito, dont les deux premiers volets – L’Or du Rhin et La Walkyrie –, précédemment donnés en avril et en mai, seront complétés dès le début de saison : Siegfried en octobre et Le Crépuscule des dieux en décembre. Toujours sous la baguette de Philippe Jordan, la « Tétralogie » de l’Opéra de Paris se la jouera mini festival de Bayreuth, deux cycles complets permettant de retrouver, après le Siegfried d’Andreas Schager, les jumeaux incestueux de Jonas Kaufmann (Siegmund) et Eva-Maria Westbroek (Sieglinde).

Lire le compte-rendu : L’Opéra de Paris remonte le « Ring »

Stéphane Lissner a parié cette fois sur deux (jeunes) metteurs en scène, lesquels feront leurs premiers pas sur la scène parisienne. Aida, de Verdi, sera confié à la Néerlandaise Lotte de Beer (36 ans), déjà passée par le Theater an der Wien, l’Opéra de Leipzig et le Holland Festival après avoir fait ses classes auprès de Peter Konwitschny, tandis que le Faust, de Gounod, sera régi par l’Allemand Tobias Kratzer (40 ans), encore peu connu en France malgré une première incursion mitigée en 2019 à l’Opéra de Lyon avec le Guillaume Tell, de Rossini. Rappelons que les deux précédentes tentatives de détrôner le fameux Faust, de Lavelli (1975), se sont soldées par de cuisants échecs (Jean-Louis Martinoty en 2011, Jean-Romain Vesperini en 2015). C’est dire si l’enjeu est de taille, d’autant plus que Paris aura la primeur du premier Faust interprété par Benjamin Bernheim. Quant à Aida, elle alignera les planètes lyriques, du Radamès de Jonas Kaufmann à l’Amneris d’Elina Garanca, en passant par l’Amonasro de Ludovic Tézier, le rôle-titre revenant à Sondra Radvanovsky.

Il vous reste 58.9% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.