Sélection albums : les sœurs Boulanger, Gabriel Fauré, Pat Metheny, Grimes…

A écouter cette semaine : les mélodies de deux compositrices par le ténor Cyrille Dubois et le pianiste Tristan Raës ; des poèmes en musique par le baryton Marc Mauillon et la pianiste Anne Le Bozec ; dix titres du guitariste américain Pat Metheny ; le cinquième album de la chanteuse canadienne Grimes…

Par , , , , et Publié le 28 février 2020 à 15h05

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

  • Lili et Nadia Boulanger
    Mélodies
    Cyrille Dubois (ténor) et Tristan Raës (piano).
Pochette de l’album « Mélodies », de Lili et Nadia Boulanger, par Cyrille Dubois (ténor) et Tristan Raës (piano).

Les deux sœurs Boulanger sont passées à la postérité pour des mérites bien distincts. L’aînée, Nadia (1887-1979), en tant que pédagogue hors pair – une sorte d’Olivier Messiaen au féminin –, et la cadette, Lili (1893-1918), comme créatrice de génie fauchée en pleine gloire par la maladie (elle fut la première femme à obtenir le prix de Rome). On a donc oublié que Nadia Boulanger avait, elle aussi, été compositrice avant de se consacrer à l’enseignement et à la diffusion des œuvres de sa sœur. Constitué de mélodies souvent inédites, ce programme fait la part belle (dix-sept sur un ensemble de vingt et un) aux œuvres de l’aînée. Elles épousent les textes (de Verlaine à Verhaeren) avec beaucoup de fraîcheur et de naturel, en un mot, d’inspiration. Certaines, telles Le Corbeau (Samain) et Heures ternes (Maeterlinck) sont saisissantes. Bien qu’interprétées avec éclat par un duo à l’aise dans la métamorphose (timbre androgyne de Cyrille Dubois, piano dramaturge de Tristan Raës), elles peinent à soutenir la comparaison avec les Quatre chants de Lili Boulanger qui impressionnent par leur expression concentrée. Moins de notes, plus de style, une démonstration de maturité… à 18-20 ans. Pierre Gervasoni

1 CD Aparté/Harmonia Mundi.

  • Gabriel Fauré
    Fauré et ses poètes
    Marc Mauillon (baryton) et Anne Le Bozec (piano).
Pochette de l’abum « Fauré et ses poètes », de Gabriel Fauré, par Marc Mauillon (baryton) et Anne Le Bozec (piano).

Du Papillon et la Fleur (de 1861), le long des vers de Victor Hugo, à la Chanson op. 94 (Henri de Régnier, 1906), le chanteur Marc Mauillon et la pianiste Anne Le Bozec musardent chronologiquement parmi la quasi-totalité des poètes abordés par Gabriel Fauré, fors ceux des cycles, dévoilant ainsi l’évolution de l’esthétique fauréenne. Diction exemplaire, timbre lumineux, ligne souple, le baryton français est d’un naturel irrésistible, tour à tour élégant et charmeur, narrateur et dramaturge, un bonheur musical que renforce l’intelligence d’un piano en forme de supplément d’âme. Marie-Aude Roux

1 CD Harmonia Mundi/PIAS.

  • Pat Metheny
    From This Place
Pochette de l’album « From This Place », de Pat Metheny.

En solo dans son précédent album What’s It All About (2011), constitué de reprises de chansons pop et bossa, puis avec le batteur Antonio Sanchez dans Tap : Book of Angels Volume 20 (2013), pour interpréter des compositions de John Zorn, le guitariste américain Pat Metheny est dans son nouvel album, From This Place, le signataire des dix titres. Pour lequel il est accompagné de son Unity Band et du Hollywood Studio Symphony, avec cordes, flûtes, clarinettes, cor anglais et trombones. L’ambition des arrangements orchestraux (par Gil Goldstein, Alan Broadbent et Metheny), souvent au-delà du simple habillage, la clarté du propos musical, une part jazz nettement affirmée, en sont les points forts. Le lyrisme toujours chaleureux des mélodies de Metheny trouve dans cet ensemble sa pleine expression, en complicité artistique avec le pianiste Gwilym Simcock, la bassiste Linda May Han Oh et Sanchez. A placer dans une discographie, inaugurée, en 1975, par Bright Size Life, parmi les réalisations les plus réussies de Metheny. Sylvain Siclier

Il vous reste 53.68% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.