Wim Wenders donne vie aux tableaux d’Edward Hopper

Wim Wenders a puisé chez Edward Hopper l’atmosphère de certains de ses films. A l’occasion de l’exposition bâloise consacrée au très cinématographique peintre, à la Fondation Beyeler, le cinéaste lui rend hommage avec un court-métrage.

Par Publié le 14 février 2020 à 09h09

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Le réalisateur Wim Wenders, à l’exposition Edward Hopper de la Fondation Beyeler, le 24 janvier 2020, à Bâle (Suisse).
Le réalisateur Wim Wenders, à l’exposition Edward Hopper de la Fondation Beyeler, le 24 janvier 2020, à Bâle (Suisse). MANDOGA MEDIA/PICTURE-ALLIANCE/AFP

Apparemment silencieuse, la peinture d’Edward Hopper (1882-1967) a inspiré des dizaines d’autres artistes, dans les domaines les plus divers. Pour la littérature, citons, parmi les plus récents, le Soleil dans une pièce vide, de Claude Esteban (Flammarion, 1991), – qui a donné lieu à une adaptation musicale commandée par la chef d’orchestre Claire Gibault à la compositrice Graciane Finzi, et chantée par Natalie Dessay en 2016 –, mais aussi L’Arrière-Saison (Julliard, 2002) et La Trahison de Thomas Spencer, de Philippe Besson (Julliard, 2009), ou encore l’écrivain égyptien Gamal Ghitany, notamment dans son Par-delà les fenêtres (Seuil, 2016).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Quand Edward Hopper peignait la nature sur grand écran

Mais ce n’est rien à côté de ce que le cinéma lui doit. S’en souvient-on ? Jacques Tati cite Nighthawks dans le drugstore de Playtime (1967). Terrence Malick, dans Les Moissons du ciel (1978), à l’initiative de son chef décorateur Jack Fisk, reconstitue la maison victorienne de House by the Railroad. David Lynch dans ses huis clos d’Inland Empire (2006), Andrzej Wajda dans Tatarak (2009), et jusqu’à Tim Burton qui, dans son Dumbo (2019), s’est inspiré de Hopper pour décrire des artistes qui luttent pour échapper à l’emprise de l’argent. Sans oublier leur prédécesseur à tous, Douglas Sirk (1897-1987), qui étudia l’histoire de l’art (avec un maître en la personne d’Erwin Panofsky) avant de citer Hopper dans la pharmacie d’Ecrit sur du vent (1956), ou le bar de Mirage de la vie (1959).

Toile de fond ou sujet

Sirk était allemand. Wim Wenders l’est aussi. Nul plus que lui n’a regardé Hopper, mais Wenders le revendique. A la Fondation Beyeler, il lui a rendu publiquement hommage, et a dit ce qu’il lui devait. Dans un discours prononcé lors du vernissage de l’exposition qui est consacrée au peintre américain, mais surtout dans un court-métrage (quatorze minutes), commandité par la fondation et projeté là en avant-première. Quand, aux Etats-Unis, il réalise Paris, Texas en 1984, c’est vers Hopper qu’il se tourne pour comprendre, ou plutôt sentir, les grands espaces américains qui en sont la toile de fond (certains diraient, le sujet). Vingt et un ans plus tard, dans Don’t Come Knocking, il filme son complice Sam Shepard à travers la fenêtre de sa chambre d’hôtel, découpée dans un mur de brique rouge, encore du Hopper. Et, en 2015, avec Every Thing Will Be Fine, tout, la lumière, les plans, les scènes filmées à travers les vitres des fenêtres, tout est un Hopper. Sauf que, cette fois-ci, c’est tourné pour la 3D, le relief étant rendu au spectateur pourvu qu’il chausse des lunettes spéciales.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.