Les surprises sonores de Gauthier Toux

Avec l’album « For A Word », le pianiste et compositeur suisse trouve un langage inventif.

Par Publié le 12 février 2020 à 11h00

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Gauthier Toux en février 2019, à Paris.
Gauthier Toux en février 2019, à Paris. SYLVAIN GRIPOIX

Un rythme lent joué par la basse et un tom bas de batterie, une voix comme un murmure, une sonorité de synthétiseur qui peu à peu enfle avant de s’éloigner. L’entrée dans For a Word, de Gauthier Toux, intrigue et enchante. Un changement dans la forme, le traitement, les références possibles que ce quatrième album du pianiste et compositeur, après trois disques en trio acoustique, depuis 2015, plutôt relevant de la sphère du jazz. Ici, on trouve des chansons pop, des claviers électriques et électroniques – le Fender Rhodes et le Prophet 8 sont majoritairement de la partie –, des élans rock puissants, des passages rêveurs et minimalistes, presque planants.

« For A Word, qui est aussi le nom du groupe, est né en avril 2017, lors d’une carte blanche que m’avait proposée le Cully Jazz Festival, en Suisse. » Durant près de trois heures, Gauthier Toux, la chanteuse Léa Maria Fries, le bassiste et guitariste Julien Herné et le batteur Valentin Liechti improvisent, sentent vite qu’ils peuvent trouver un langage commun. Il va se développer lors d’autres rencontres, quelques jours par-ci par-là, deux ou trois concerts dans des bars quelques semaines avant les séances d’enregistrement, en janvier 2019, au studio Suburban Sound, à Winterthur, près de Zurich.

Le travail vocal sur l’ensemble des thèmes, par des effets de souffle, des vocalises, se perçoit comme un quatrième instrument

« Ce qui nous conduit, c’est comment on fait un choix, on prend une idée musicale et on l’assume, jusqu’au bout. Et si ça ne fonctionne pas, on va ailleurs radicalement. Tout est pensé comme un acte collectif, avec les expériences, le vécu de nous quatre. » S’iI viennent tous du jazz, Léa Maria Fries et Valentin Liechti, qui ont plusieurs groupes en commun, font aussi de la pop, Julien Herné, qui joue dans plein de styles différents, est un musicien très demandé en studio. Il a d’ailleurs assuré la direction artistique de l’album. Lequel a été conçu sur place, en son direct, avec quelques ajouts en postproduction. « Nous avons passé beaucoup de temps à travailler les textures, les sons, les timbres. Manuel Egger, l’ingénieur du son, nous a aussi poussés à essayer plein de choses. » Nombre de passages sont nés de la pratique de l’improvisation. Et pour deux thèmes, le saxophoniste Emile Parisien a été invité.

Goût des ruptures d’ambiance

Cela donne un album d’une grande richesse, plein de surprises sonores. Si trois compositions du groupe, Prinzess – qui a bénéficié de la réalisation d’un vidéoclip –, Sense of Complication et Shipwreck se rapprochent de la chanson pop ou rock, le travail vocal sur l’ensemble des thèmes par des effets de souffle, des vocalises, se perçoit comme un quatrième instrument. Le son des instruments passe par des déformations, des saturations. Lien avec les enregistrements précédents de Gauthier Toux et son approche en trio, le goût des ruptures d’ambiance au sein d’une même composition, une attention à la lisibilité mélodique. Ajoutons-y un grand sens de l’espace, une évidente maîtrise technique mais qui sait se faire oublier.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.