Sélection albums : Schubert, Snorre Kirk, Asgeir…

A écouter cette semaine : deux sonates pour piano par Adam Laloum ; le jazz classique du batteur et compositeur danois ; l’envoûtante voix de tête du chanteur islandais…

Par , , , et Publié le 07 février 2020 à 13h20

Temps de Lecture 4 min.

  • Franz Schubert
    Piano Sonatas
    Franz Schubert : Sonates pour piano D.894 et D.958. Adam Laloum, piano.
Pochette de l’album « Piano Sonatas », sonates pour piano D.894 et D.958 de Schubert par Adam Laloum.

Bien qu’elles se suivent dans le catalogue du compositeur, respectivement sous les numéros 18 et 19, ces deux sonates montrent de Schubert un visage radicalement différent. D’un abord massif, la Sonate D.894 donne l’impression de s’animer de façon très étudiée (l’amorce d’un rythme, la répétition d’une note) au cours d’un premier mouvement introspectif qui dure à lui seul autant que les trois suivants réunis. Là, Schubert va si loin sur la voie de la singularité (évidemment beethovénienne) qu’on a peine à le reconnaître en dépit de ses tournures de prédilection. D’apparence moins cérébrale, la Sonate D.958 témoigne d’une autre volonté de renouvellement, plus conforme à son style fait de délicates gradations. Si la question de l’identité se pose pour le compositeur, elle n’a pas lieu d’être pour l’interprète. Impressionnant de densité et de profondeur dans la D.894, Adam Laloum parcourt la D.958 avec un naturel qui invite à parler d’identification. D’ailleurs, à 32 ans, il a quasiment l’âge qu’avait Schubert quand il l’a composée. Pierre Gervasoni

1 CD Harmonia Mundi.

  • Snorre Kirk
    Tangerine Rhapsody
Pochette de l’album « Tangerine Rhapsody », de Snorre Kirk.

Nous avions découvert le batteur et compositeur danois Snorre Kirk lors de la parution, en 2018, de son album en sextette Beat (Stunt Records/Una Volta Music). Il revient, cette fois en quartette – et quintette pour deux des huit thèmes – avec Tangerine Rhapsody. Toujours dans la forme du jazz classique, celui du swing et de l’arrivée du bop, joué avec une exactitude, une précision d’intention musicienne, une délicatesse d’interprétation qui donnent à chaque note, rythme, de l’espace, une manière aérienne. Avec Snorre Kirk, le saxophoniste Stephen Riley, rejoint sur le thème-titre et sur Blues Jump par son collègue Jan Harbeck, le pianiste Magnus Hjorth et le contrebassiste Anders Fjeldsted. Passent dans cette musique les souvenirs du souffle de Lester Young ou du piano de Duke Ellington, avec une attention constante à la douceur mélodique. La profonde musicalité du jeu de Snorre Kirk menant à nouveau l’auditeur vers de grands bonheurs. Sylvain Siclier

1 CD Stunt Records/Una Volta Music.

  • Asgeir
    Bury The Moon
Pochette de l’album « Bury The Moon », d’Asgeir.

Devenu, à 20 ans, le recordman des ventes pour un premier album dans son Islande natale (plus que Björk ou Sigur Ros à leurs débuts) grâce à la délicatesse folk-électro de Dýrð í dauðaþögn (réenregistré ensuite en anglais sous le titre In The Silence, en 2014), Asgeir avait laissé les machines prendre le dessus dans un deuxième opus, Afterglow, publié en 2017, dans un monde déjà surpeuplé en sous-James Blake. A 27 ans, le viking introverti retrouve aujourd’hui l’équilibre entre limpidité acoustique et épure électronique qui convient si bien à son envoûtante voix de tête. Conçues dans la solitude glacée de la campagne islandaise, ces chansons se couvrent de givre sans éteindre la chaleureuse mélancolie des mélodies, ni celle dégagée par des textes souvent écrits par le père d’Asgeir, le poète Einar Georg Einarsson, joliment traduit par le chanteur américain John Grant, exilé à Reykjavík. Intimisme élégiaque et flocons robotiques font particulièrement bon ménage dans Pictures, Youth ou Eventide, soutenus par la lave assoupie des cuivres. Intéressants également ces moments où le vague à l’âme nordique regarde par delà l’Atlantique : le groove quasi californien de Lazy Giants, la touche gospel de Overlay ou la fluidité très J. J. Cale de la guitare de Turn Gold to Sand. Stéphane Davet

1 CD One Little Indian/Because.

  • Nada Surf
    Never Not Together
Pochette de l’album « Never Not Together », de Nada Surf.

Propulsé sous les feux de la rampe internationale en 1996 dès leur premier single, l’incendiaire Popular, le trio américain Nada Surf a réussi à survivre au grunge en s’imposant durablement dans le paysage rock indépendant. Car l’attachante formation francophile et francophone, emmenée par le chanteur-guitariste Matthew Caws, et ses fidèles complices Daniel Lorca (basse) et Ira Elliot (batterie), possède un talent certain pour trousser des hymnes pop sensibles aux guitares abrasives, dans une veine finalement plus proche de R.E.M. que de Nirvana (Inside of Love, Always Love, Rushing…). Ce neuvième album studio, enregistré à Rockfield (Pays de Galles), recèle à nouveau son lot de mélodies vibrantes (Mathilda), dans un décorum qui laisse davantage d’espace aux synthétiseurs – l’irrésistible single Something I Should Do. Si Looking For You et So Much Love se parent d’arpèges lacrymaux, les paroles de Matthew Caws entendent a contrario fédérer autour d’une note d’espoir et de tolérance. Franck Colombani

1 CD City Slang.

  • Maria Mazzotta
    AmoreAmaro
Pochette de l’album « AmoreAmaro », de Maria Mazzotta.

Cap sur l’amour avec cette vivifiante chanteuse originaire du sud de l’Italie, découverte hier au sein de l’un des groupes les plus célèbres des Pouilles, Canzionere Grecanico Salentino. L’amour conjugué sur tous les tons, vécu dans tous ses détours, ses dérapages, ses exigences et ses folies. L’amour sauvage, ulcéré, tendre ou désespéré. Accompagnée par l’accordéoniste (et pianiste) Bruno Galeone, Maria Mazzotta s’empare de morceaux traditionnels et des chansons populaires écrites par des compatriotes notoires, telle que Rosa canta e cunta, de la Sicilienne Rosa Balistreri (1927-1990). Elle écrit également ses propres compositions dont AmoreAmaro (« amour amer ») qui passe de l’inquiétant (avec le son d’un didgeridoo) à l’étourdissante transe de la pizzica, la tarentelle du Salento, au sud du sud de l’Italie, une musique liée autrefois aux rites de guérison de la piqûre de la tarentule. Patrick Labesse

1 CD Agualoca Records/Inouïe Distribution.

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.