Josh et Benny Safdie, cinéastes : « Une manière d’accepter les défauts de notre père »

Les frères, 35 et 33 ans, reviennent sur la genèse de leur cinquième long-métrage « Uncut Gems », produit et diffusé par Netflix.

Propos recueillis par Publié le 31 janvier 2020 à 14h10

Temps de Lecture 2 min.

Article réservé aux abonnés

Les cinéastes Josh (à gauche) et Benny Safdie lors du 70e Festival de Cannes, le 25 mai 2017.

En 2017, les frères Joshua et Benny Safdie, 35 et 33 ans, réalisaient Good Time, un brillant film de braquage. Dans Uncut Gems, qui sort le 31 janvier sur Netflix, les New-Yorkais mettent en scène un hold-up plus étincelant encore : celui qu’exécute un bijoutier américain sur son propre commerce avec le monde.

Lire la critique d’« Uncut Gems » : Un défi fiévreux contre la mort

De qui s’inspire Howard, le personnage principal d’« Uncut Gems » ?

Josh Safdie : Nous avons commencé à écrire le scénario il y a dix ans, mais sa genèse est bien plus ancienne. Durant notre enfance, notre père nous racontait les histoires qui circulaient au sein du Diamond District, un quartier spécialisé dans le commerce de diamants, à Manhattan, où il a travaillé quelque temps. Ces mini-thrillers, d’une grande drôlerie, auraient très bien pu figurer dans un « pulp magazine » [publications bon marché, très populaires aux Etats-Unis avant la seconde guerre mondiale]. L’associé de notre père était un juif versé dans la religion ; ironiquement, il travaillait dans un secteur ô combien matérialiste, la vente de bijoux. La première version de notre scénario était une relecture nostalgique de ces histoires ; une manière, aussi, d’accepter les défauts de notre père. C’est le sens du titre : un bijou défectueux peut avoir une grande valeur.

Comment le projet a-t-il évolué ?

J. S. : Au fil du temps, notre coscénariste historique, Ronald Bronstein, s’est impliqué à son tour dans l’écriture. Pour ma part, je me suis immergé dans le Diamond District, j’y ai passé beaucoup de temps, je me suis énormément documenté. J’ai découvert qu’une communauté originaire d’Ouzbékistan, les juifs de Boukhara, tenait aujourd’hui le quartier, qui fut longtemps aux mains des Coréens, des Indiens, des Russes ou des juifs hassidiques. Je me suis plongé dans l’histoire de certains diamantaires : Jacob Arabo, Joe Rodeo, la famille Aranbayev… Plus le temps passait, cependant, plus Howard devenait une extension de moi-même. Et quand Adam Sandler a rejoint le projet, il s’est inspiré de bijoutiers qu’il connaissait personnellement, comme Todd Vulpio ou Ben Baller, pour composer son personnage. Sans parler d’autres influences, comme le comique Rodney Dangerfield ou le pornographe Al Goldstein, qui ont aussi nourri le film.

Howard, votre héros, compte parmi ses clients des basketteurs et des rappeurs. Jacob Arabo est l’un des premiers bijoutiers à s’être tourné vers cette clientèle…

Benny Safdie : Il est cité dans une soixantaine de morceaux de hip-hop. Je me souviens avoir écouté, ado, des chansons de Biggie ou de Jay-Z le mentionnant. En 2013, nous avons réalisé un documentaire sur un basketteur, Lenny Cooke, qui nous a parlé de lui. Dans la pop culture, il représente une sorte de douanier, visiter sa boutique est un rite de passage : il garde l’entrée du temple de la réussite.

Il vous reste 25.82% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.