Des pièces de bonne composition : acteurs et musiciens investissent ensemble les planches

A Montreuil et à la Cartoucherie de Vincennes, deux festivals témoignent d’une nouvelle forme d’interaction entre théâtre et musique.

Par Publié le 14 décembre 2019 à 01h55 - Mis à jour le 14 décembre 2019 à 05h59

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

« Narcisse et Echo » de David Marton, avec Paul Brody à la trompette, à Vienne (Autriche), en juin 2019.
« Narcisse et Echo » de David Marton, avec Paul Brody à la trompette, à Vienne (Autriche), en juin 2019. NURITH WAGNER STRAUSS

La salle du Nouveau Théâtre de Montreuil (Seine-Saint-Denis) est bondée, ce soir de mi-novembre, pour découvrir Buster. Au premier plan, trois musiciens entourés de divers instruments. Sur le plateau, quelques accessoires puis un comédien. Sur la gauche, un fildefériste aux allures d’intrus et, en fond de scène, un immense écran, destiné à la projection de La Croisière du Navigator (1924), le film de Buster Keaton. Si les images disparaissent par moments, comme les autres composantes du spectacle (funambule, acteur), la musique, elle, demeure omniprésente sans toutefois se fixer sur un mode d’expression (pop, jazz, répétitif).

Le spectacle qu’elle irrigue est également irréductible à un genre. Buster ne relève pas du ciné-concert et pas davantage de la performance théâtrale ou de la conférence illustrée. Dans la salle, des connaisseurs résument : « C’est du Mathieu Bauer ». Une création hybride et débridée, à l’image du festival Mesure pour mesure, dont elle a sonné les trois coups et qui se déroule jusqu’au 19 décembre. Le principal intéressé acquiesce. Tant pour Buster qu’il a conçu et mis en scène tout en y participant comme instrumentiste que pour la manifestation qu’il a lancée après avoir pris la direction, en 2011, du Nouveau Théâtre de Montreuil.

Spectacles transversaux

Enclin à comparer l’activité du Centre dramatique national qui lui a été confié à celle « d’une maison d’édition ou d’un label discographique », Mathieu Bauer, 48 ans, a souhaité y accueillir des spectacles transversaux animés « par des dramaturgies qui s’articulent à la fois sur le désir de théâtre le texte, les acteurs et sur une relation poussée avec la musique ».

« Amener les spectateurs sur des territoires qu’ils ne fréquentent pas forcément. » Mathieu Bauer

Avec le temps, le contenu du festival a incité le directeur à en revoir l’orientation principale. La septième édition de Mesure pour mesure a pour sous-titre « Théâtre et musique » et non plus « théâtre musical », comme ses devancières. Fondamentale aux yeux de Mathieu Bauer, la conjonction « et » correspond mieux à une programmation de plus en plus large sur le plan esthétique. On pourra en juger avec Narcisse et Echo (jusqu’au 17 décembre), « road-opera » de David Marton, et Black Village (du 17 au 19 décembre), sur une musique d’Aurélien Dumont.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Chewing gum Silence », un spectacle à la recherche de la mélodie perdue
Antonin Tri Hoang (au milieu), Thibault Perriard (à droite) et Jeanne Susin dans « Chewing gum Silence », en mai 2018 à Pantin.
Antonin Tri Hoang (au milieu), Thibault Perriard (à droite) et Jeanne Susin dans « Chewing gum Silence », en mai 2018 à Pantin. ERIC GARAULT / PASCOANDCO

Une telle ouverture dans le champ de la création contemporaine est censée « amener les spectateurs sur des territoires qu’ils ne fréquentent pas forcément ». La démarche est aussi valable pour les artistes. En tout cas, pour les trois acteurs/multi-instrumentistes de Chewing gum Silence, vu à Montreuil une semaine après Buster. Saxophoniste, clarinettiste, claviériste d’un spectacle qu’il a conçu et écrit, Antonin Tri Hoang se dit « très poreux » vis-à-vis de tout ce qui l’entoure, pour expliquer l’extrême variété de ses propositions musicales. « L’iPad qu’on a dans la tête couvre un large panel de styles », assure le musicien qui s’est ici concentré sur le phénomène des « vers d’oreille » – ces bribes de musique dont on ne parvient pas à se débarrasser – et plus, généralement, sur l’apparition et le devenir des mélodies.

Il vous reste 57.47% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.